Moutier: le municipal prend position

La raison recommande de choisir le Jura : c’est par ces mots que le Conseil municipal de Moutier ...
Moutier: le municipal prend position

Le conseil municipal prévôtois, à l'exception de Silvia Rubin, excusée, a présenté sa prise de position vendredi matin Le conseil municipal prévôtois, à l'exception de Silvia Rubin, excusée, a présenté sa prise de position vendredi matin

La raison recommande de choisir le Jura : c’est par ces mots que le conseil municipal de Moutier a pris position vendredi sur le rapport d’expertise sur l’appartenance cantonale de la ville ainsi que sur l’avis de droit traitant de l’avenir de l’Hôpital du Jura bernois. Sur certains points, l’exécutif reconnaît que les différences entre Berne et le Jura sont minimes, mais sur d’autres, il estime que la cité prévôtoise aurait tout à gagner à changer de canton. Les autorités évoquent notamment le poids politique des citoyens qui serait décuplé, la fiscalité ou encore le pouvoir d’achat. Les conclusions des expertises, saluées pour leur qualité, ont permis de casser certains mythes, selon le maire de Moutier. Marcel Winistoerfer nous a indiqué qu’il ne s’y attendait pas forcément (son uniquement disponible sur la version classique du site Internet):

Une interprétation contestée par la minorité

La minorité de l’exécutif prévôtois, composée de trois membres sur neuf, a eu l’occasion de se prononcer à titre personnel après la conférence de presse. Elle ne partage pas les conclusions du collège et estime qu’il serait préférable de rester à Berne. Elle regrette que le conseil municipal retienne surtout les avantages en faveur d’un départ dans le Jura, sans y associer les arguments contraires qui figurent aussi dans le rapport d’experts. Jean-Jacques Clémençon (son uniquement depuis la version classique du site Internet):

Pour l’hôpital, l’incertitude reste de mise

En ce qui concerne l’avenir du site prévôtois de l’Hôpital du Jura bernois, le conseil municipal constate que ni le conseil d’administration de l’établissement, ni celui de l’Hôpital du Jura, ne proposent de réelles certitudes, si ce n’est que tout est possible si la volonté de coopérer est avérée. La minorité rappelle quant à elle que l’auteur de l’avis de droit a conclu que l’Hôpital pourrait fermer si Berne et le Jura ne parvenaient pas à un accord.

Retour sur 100 jours à la mairie

Marcel Winistoerfer a profité de l’occasion pour tirer un premier bilan de son activité à la tête de la commune. Il a notamment relevé des événements marquants, tels que la venue du gouvernement bernois in corpore à Moutier, ou encore les conférences de presses relatives à l’avenir institutionnel de la ville. Il a encore ajouté que quel que soit le résultat des urnes le 18 juin 2017, il le respectera. Si les citoyens décident de rester dans le canton de Berne, Marcel Winistoerfer ira au terme de son mandat, mais ne se représentera pas en 2018. Et d’ajouter qu’il « faut être conséquent avec l’idéal que l’on défend ». /ast

L'analyse d'Alexandre Steiner

Sur le fond, cette prise de position ne surprend pas vraiment. Le rapport sur l’appartenance cantonale de Moutier montrait que les cantons de Berne et du Jura présentaient des données très proches dans la majorité des domaines, avec des avantages dans certains domaines pour le Jura. C’est notamment le cas pour le poids politique des Prévôtois, qui serait décuplé en cas de changement de canton. Le conseil municipal à majorité autonomiste s’appuie donc sur ces points pour montrer que le choix du Jura est celui de la raison. Ce qui peut surprendre en revanche, c’est la forme de cette prise de position.

 

En préambule, l’exécutif rappelle justement que le rapport présente un « léger avantage pour le Jura », et que le transfert de Moutier dans le Jura n’aurait pas d’impact négatif sur la vie quotidienne des habitants. En clair, les Prévôtois n’auraient rien à perdre. Jusque-là un langage assez modéré. Dans sa conclusion, le conseil municipal change de ton pour déclarer que Moutier serait clairement gagnante en rejoignant le jura. On passe donc de légers avantages à des avantages qui semblent très clairs.

 

Au-delà de cette rhétorique, ce qui laisse songeur, c’est le survol rapide de questions qui dépendront de décisions politiques à venir. On peut par exemple penser à l’avenir des emplois administratifs à Moutier. Le canton du Jura n’ayant encore fait aucune promesse à ce propos, et leur maintien n’étant pas assuré, on aurait pu s’attendre à une prise de position prudente sur ce point. Au lieu de cela, le conseil municipal se contente de retranscrire la conclusion des experts, sans se prononcer.

 

Au final, on peut dire que cette prise de position est assez convenue. Quant à savoir si elle est orientée, comme le laisse entendre la minorité du Conseil municipal en déclarant que sont « principalement relevés les avantages en faveur d’un départ de Moutier sans y associer les arguments contraires », le maire Marcel Winistoerfer répond que la majorité du Conseil municipal est favorable au transfert dans le Jura. Et d’ajouter « qu’en tant qu’exécutif, nous devons donner un avis, ce que nous avons fait ce matin ». /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus