Trois ans de prison pour deux violeurs

Prison

Deux violeurs passeront trois ans derrière les barreaux. Le Tribunal de première instance à Porrentruy a livré son verdict jeudi après-midi. Les deux principaux accusés ont été reconnus coupables de viol et de contrainte sexuelle. Le troisième prévenu a écopé de 12 mois ferme pour contrainte sexuelle. Les faits ont été commis dans la nuit de Noël du 24 au 25 décembre 2013 dans le chef-lieu ajoulot. La jeune fille, âgée alors de 17ans, avait rencontré un peu plus tôt les trois jeunes hommes à la gare. Deux d’entre eux lui ont fait subir de nombreux sévices alors que la plaignante pleurait de douleur.

 

Absence de regrets

« Chez nous, les chiens, on les tient en laisse ». Ce sont les derniers propos de Pascal Chappuis qui présidait la Cour. C’est d’ailleurs un des prévenus qui s’est comparé à un chien. Pour rendre leur verdict, les trois juges ont dû déterminer si les faits commis étaient un viol, comme l’affirmait la plaignante, ou d’après les prévenus s’il s’agissait d’une partie de jambes en l’air. La Cour a analysé la crédibilité des différents protagonistes. D’un côté, la victime n’a jamais changé de version sur le déroulement des faits. Son comportement ainsi que son état de santé prouve l’agression sexuelle. De l’autre côté, les trois jeunes hommes ont, à plusieurs reprises, nié ces actes, ont donné des versions différentes lors des auditions. Finalement, les prévenus ont admis les relations sexuelles, mais ont affirmé que la plaignante était consentante. Selon la Cour, ces agissements corroborent les propos de la victime.

 

Des indemnités dans un second temps

La Cour a admis le tort moral mais a refusé de statuer sur le montant. Les juges n’étaient pas en mesure d’évaluer les troubles liés à l’agression et ceux plus anciens. Ils laissent la partie plaignante agir par la voie civile. L’avocat avait demandé 20'000 francs pour tort moral.

 

Une affaire sordide

Les faits se sont produits la nuit de Noël, du 24 au 25 décembre 2013, à Porrentruy. Les trois hommes se trouvaient dans une voiture avec la victime. Ils devaient la ramener chez elle après avoir bu quelques verres ensemble. Les premiers attouchements ont été commis dans le véhicule par un des accusés. La femme a, à plusieurs reprises, exprimé son refus. Puis, elle a été tirée à l’extérieur de l’habitacle, totalement déshabillée et forcé à se coucher sur un banc à l’extérieur par deux des prévenus. Les deux jeunes hommes lui ont fait subir de nombreux sévices alors qu’elle les suppliait d’arrêter en pleurant de douleurs. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus