Métiers du lait recherchent jeunes et solutions contre le franc fort

La journée de l’économie laitière 2016 s’est déroulée vendredi après-midi à Delémont. À cette ...
Métiers du lait recherchent jeunes et solutions contre le franc fort

Journée de l'économie laitière

La journée de l’économie laitière 2016 s’est déroulée vendredi après-midi à Delémont. À cette occasion la faîtière des artisans suisses du fromage (Fromarte) et l’Association suisse des laitiers (ASL) ont tenu leur assemblée générale.

Parmi les nombreux sujets de conversation : le franc fort qui pénalise les exportations. Selon Jacques Gygax, directeur de Fromarte, la qualité est la seule solution. Comme pour l’horlogerie, ce sont les produits haut de gamme qui résistent le mieux, le prix n’étant pas l’élément clé. C’est notamment le cas des fromages AOP. Il reste optimiste : après avoir baissé en début d’année, le niveau des exportations est désormais identique à celui de l’an passé.

Recherche jeunes désespérément

La formation est également un enjeu essentiel pour la branche, qui manque actuellement d’apprentis et de relève. En cause, des éléments démographiques, mais aussi un déficit d’image. Selon Jacques Gygax, « quand on parle lait, on parle crise du prix du lait, travail le week-end, etc… Alors qu’aucun technologue du lait que nous avons formé n'est aujourd’hui au chômage ». L’objectif est donc de motiver, recruter et former des jeunes, via une filière artisanale et la formation duale. Une campagne de promotion est mise en place sur les réseaux sociaux, où des jeunes présentent le métier à d’autres jeunes.

La journée s’est terminée par la remise des diplômes fédéraux de technologue en industrie laitière.

Des prix connus à l’avance pour les producteurs

Jacques Gygax est également revenu sur la décision des délégués de l’Interprofession du lait : ceux-ci ont accepté mercredi lors de leur assemblée générale d’améliorer le caractère contraignant des contrats d’achat de lait dès le 1er janvier 2017. Concrètement, alors que jusqu’ici les producteurs de lait découvraient leur prix de vente au moment du décompte, il sera désormais obligatoire de fixer les prix au minimum 10 jours à l’avance. Cette mesure, associée à des contrats plus transparents et plus contraignants, offrira une meilleure visibilité aux producteurs de lait. /cad


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus