Le marché du bois toujours empêtré dans la morosité économique

La filière du bois n’échappe pas à la morosité économique actuelle. Ce constat a été une nouvelle ...
Le marché du bois toujours empêtré dans la morosité économique

 Les propriétaires forestiers ne voient toujours pas de signes de reprise. Les propriétaires forestiers ne voient toujours pas de signes de reprise.

La filière du bois n’échappe pas à la morosité économique actuelle. Ce constat a été une nouvelle fois dressé vendredi soir par Forêt Jura lors de son assemblée générale. L’association des propriétaires forestiers du Jura, qui exerce aussi une part de son activité de négoce du bois dans le Jura bernois, a rappelé que le marché du bois connaissait des difficultés croissantes depuis plusieurs années. Le marché avait été secoué il y a 17 ans par la tempête Lothar, avant un nouveau séisme l’an dernier avec l’abandon du taux plancher de l’euro par la banque nationale suisse. Et la filière bois ne s’en est toujours pas remise selon le directeur de Forêt Jura Didier Adatte. « La plupart de nos bois partent à l’exportation, que ce soit en France, en Italie ou ailleurs. Et même lorsqu’ils restent en Suisse, les scieries les réexportent en grande partie à l’étranger. Nous sommes donc pleinement impactés par le taux de change qui influe grandement sur le marché du bois aujourd’hui.   Les prix actuels sont tellement peu attractifs que des propriétaires privés rechignent à couper leur bois, il y a donc un risque que la filière parte en déliquescence. » Quelques signaux positifs sont pourtant parvenus aux oreilles des propriétaires forestiers mais cela ne se traduit pas encore de manière concrète. « On entend parler d’une reprise de la construction en France et en Allemagne, que les exportations vont reprendre vers les Etats-Unis. Mais nous, on ne voit pas encore d’amélioration », confirme Didier Adatte.

Des embauches suite à la reprise des forêts domaniales

Malgré cela, Forêt Jura a du pain sur la planche. Depuis le 1er juillet 2016, l’association a en effet hérité de la gestion et de l’exploitation des forêts domaniales du canton du Jura. Ce contrat avait été signé en décembre 2015 via sa nouvelle entité commerciale baptisée Pro Forêt. Un marché conséquent puisque le canton est tout simplement le plus gros propriétaire de forêts dans le Jura. « Cela a nécessité de notre part l’engagement d’un garde forestier, c’est une obligation légale. Puis nous avons embauché trois forestiers bûcherons. Mais il n’y aura aucun changement radical dans la gestion de ces forêts, nous allons la poursuivre dans la continuité de ce qui a été fait les années précédentes. Il y a des plans de gestion forestiers qui sont déjà établis et qui doivent être suivis », rappelle le directeur du Forêt Jura. Par ailleurs quelques informations ont été communiquées sur le projet Fagus Jura SA. Ce programme doit permettre la construction dans les prochaines années d’un centre de production ultramoderne pour le traitement du bois de Hêtre dans le Jura. Le plan de financement est en passe d’être finalisé et une décision finale sur la faisabilité du projet sera prise au début du printemps prochain. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus