Les gyropodes restent à la maison

La police cantonale préfère prévenir... mais elle agit aussi. Elle met en garde les utilisateurs ...
Les gyropodes restent à la maison

Vincent Nieto utilise son speed wheel quotidiennement Vincent Nieto utilise son « speed wheel » quotidiennement

La police cantonale préfère prévenir... mais elle agit aussi. Elle met en garde les utilisateurs de moyens de locomotions électriques. A l’approche des fêtes de fin d’année, elle rappelle que l’utilisation de ces engins est soumise à la législation sur la circulation routière. Les gyropodes sont connus sous le nom « d'hoverboard » ou encore « segway». Ce sont des véhicules électriques monoplaces de deux roues sur lesquels l’utilisateur se tient debout. Leur utilisation sur la voie publique est généralement interdite. Des plaques ou un permis sont parfois nécessaires. Selon le lieutenant Claude Hulmann, plusieurs personnes ont déjà été verbalisées. Il ajoute que l’Office fédéral des routes va se pencher l’année prochaine sur une adaptation de la loi en fonction des engins disponibles sur le marché. Il est donc important de se renseigner avant de choisir ce que l’on va mettre sous le sapin.

Selon Vincent Nieto, utilisateur quotidien d'un « speed wheel », cette interdiction n'a pas de sens. Son engin est moins dangereux qu'une planche à roulettes. Il a déjà eu contact avec la police, sans être amendé. Cela ne l'empêche pas de l'utiliser régulièrement pour se rendre au travail ou à l'école. Il ajoute qu'il a dû s'entrainer à la maison avant de l'utiliser en ville. /tey


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus