Clap de fin pour la Fistat

Elle a compilé des données du Jura et du Jura bernois par milliers pendant huit ans. La Fistat ...
Clap de fin pour la Fistat

Jean-Paul Bovée, directeur de la Fistat Le poste de directeur de la Fistat était assumé par Jean-Paul Bovée (photo: archives).

Elle a compilé des données du Jura et du Jura bernois par milliers pendant huit ans. La Fistat, la Fondation interjurassienne pour la statistique, cesse officiellement ses activités à la fin de l’année. L’institution basée à Moutier a dû mettre un terme à son fonctionnement suite au résultat du vote du 24 novembre 2013 sur l’avenir institutionnel de la région. Les cantons du Jura et de Berne ont décidé de ne plus soutenir la Fistat qui avait été créée suite à une résolution de l’Assemblée Interjurassienne. La Fistat avait vu le jour sous l’impulsion de l’ancien secrétaire général de l’AIJ, Jean-Jacques Schumacher, décédé samedi dernier. Sa naissance avait pris plus de 10 ans puisqu’il a fallu attendre le statut particulier du Jura bernois pour disposer d’une base juridique. La Fistat a ainsi été reconnue de plein droit par les deux cantons en 2007 et était assimilée à une institution commune depuis 2008. Elle avait succédé à la Fondation régionale pour la statistique qui avait été mise sur pied en 1991.

Un travail riche avec peu de moyens

Le directeur de la Fondation interjurassienne pour la statistique dresse un bilan positif de l’existence de l’institution. Jean-Paul Bovée relève que la Fistat a été en mesure de produire des données pour le Jura et le Jura bernois « avec des moyens très modestes par rapport à ceux dont disposent des services cantonaux ». Il souligne également la création d’un site Internet et de publications comme l’annuaire statistique interjurassien et le mémento annuel qui a été diffusé à plus de 12'000 exemplaires, soit un des plus gros tirages du Jura historique. Jean-Paul Bovée indique, par ailleurs, que la Fistat a répondu à des milliers de demandes de statistiques qui émanaient de très nombreux milieux (politiques, économiques, associatifs, etc.) ainsi que d’enseignants, de chercheurs ou encore de journalistes.

Une suite différente

Les activités de la Fistat qui concernent le canton du Jura seront reprises par le Service de statistique du canton de Neuchâtel. Pour la partie francophone du canton de Berne, les informations seront relayées sur les sites Internet du Conseil du Jura bernois et du Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne, via le canton de Berne.

Quant aux archives de la Fistat, elles ont été confiées au CEJARE, le Centre jurassien d’archives et de recherches économiques, qui se situe à St-Imier. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes