De quoi mettre du beurre dans la boille

Une nouveauté pour améliorer le revenu des producteurs laitiers. L’organisation Mooh, qui regroupe ...
De quoi mettre du beurre dans la boille

Vaches

Une nouveauté pour améliorer le revenu des producteurs laitiers. L’organisation Mooh, qui regroupe environ 3’900 agriculteurs de la région jusqu’aux Grisons et qui vend la production de ses membres, offre depuis le 1er janvier le choix entre deux systèmes de rétribution. Les paysans peuvent conserver le système standard, à savoir tout le lait produit est pris en charge et vendu sur le marché au meilleur prix. Le nouveau système suppose une plus grande planification de la part des exploitants qui doivent fixer une quantité de kilo de lait à livrer chaque mois. Objectif : éviter la surproduction printanière et la sous-production estivale. Pour récompenser les efforts de gestion de son troupeau, l’agriculteur reçoit alors en plus 1,5 centime par kilo de lait. Toutefois, s’il ne respecte pas les volumes prévus, une déduction est appliquée. Au final, le producteur devrait gagner quelques milliers de francs supplémentaires par année.

 

25% s’engagent à planifier

Un quart des membres de Mooh ont choisi ce nouveau système. Selon Christophe Eggenschwiler, le gérant de Mooh, davantage de producteurs vont opter à l’avenir pour ce concept lorsqu’il aura fait ses preuves auprès d’autres confrères. Un système plus contraignant, qui nécessite de gérer son troupeau avec attention. Pour contrôler les quantités de lait, l’agriculteur devra par exemple étaler les mises bas pour éviter un pic au printemps, fourrager différemment ou encore prévoir l’achat et la vente de bétail. Le directeur indique tout de même que certaines exploitations, notamment celles situées sur des alpages, n’ont pas intérêt à y souscrire, puisque leur production laitière varie énormément d’une saison à l’autre.

 

Plus de sécurité pour Mooh
 

Mooh a intérêt que ce nouveau système soit suivi par un maximum d’agriculteurs. En s’assurant des quantités fixes de lait chaque mois, surtout en été, l’organisation a un atout à faire valoir auprès des acheteurs. Christophe Eggenschwiler assure que cette sécurité d’approvisionnement pèsera dans les négociations sur les prix. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus