Séance très calme à Chevenez pour parler fusion

Fusion

Il n’y a que le vent qui s’est fait remarquer jeudi soir à Chevenez. Les citoyens de Haute-Ajoie étaient conviés à une assemblée communale dans le but de présenter, une nouvelle fois, le projet de fusion avec Rocourt. Le scrutin aura lieu le 12 février. Ils n’étaient que 28, en comptant le Conseil communal et le personnel de l’administration. La convocation n’a pas attiré la foule. Les débats aussi ont été bien maigres. Deux personnes ont posé trois questions, notamment sur la dette nette par habitant. En 2015, à Rocourt, elle se monte à 822 francs, alors qu’à Haute-Ajoie, elle se situe à 4'286 francs. Cette différence s’explique par les investissements consentis ces dernières années, d’où la crainte d’un citoyen de devoir fortement investir prochainement dans la petite commune. Les autorités l’ont rassuré : Rocourt n’est pas plus mal lotie que les autres villages de Haute-Ajoie. Comme ailleurs, il faudra financer les travaux pour améliorer le réseau des eaux usées en piochant dans le porte-monnaie des ayants droit, via des taxes communales. Selon le délégué au service des communes, Raphaël Schneider, « ça va faire mal ». /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus