Un réseau de drogue devant la justice

Le Tribunal pénal de première instance à Porrentruy se penche sur un vaste trafic de drogue ...
Un réseau de drogue devant la justice

Château Porrentruy

Le Tribunal pénal de première instance à Porrentruy se penche sur un vaste trafic de drogue. Le procès a démarré mercredi. Les protagonistes sont accusés notamment d’infractions graves à la loi sur les stupéfiants. Les faits se sont produits dans le canton du Jura ainsi que dans la région de Bienne et de Berne entre 2013 et septembre 2014. Quatre accusés ont reconnu les faits et ont été jugés en procédure simplifiée. Ils ont été condamnés à des peines qui vont de 54 mois de prison ferme à 12 mois de réclusion avec sursis. Quatre autres protagonistes réfutent en partie les faits reprochés.

 

Le démantèlement d’un trafic important

L’affaire ciboulette : un nom innocent qui cache un vaste réseau. Une quinzaine de personnes ont été inculpées. Certaines ont déjà été jugées, d’autres sont en attente. L’ensemble de la procédure est regroupé dans une quarantaine de classeurs. Selon la procureure Laurie Roth, il s’agit de la plus grosse affaire de ces dix dernières années mise à jour par la police jurassienne. D’ailleurs une dizaine d’agents se trouvaient au tribunal aujourd’hui pour assurer la sécurité et pour accompagner les accusés déjà en détention. Un portique de sécurité a aussi été installé devant la porte de la salle d’audience.

 

Deux frères au centre de l’affaire

Les principaux protagonistes, deux frères, ont été jugés mercredi matin en procédure simplifiée. Ils reconnaissent tous les faits reprochés. Ils se sont adonnés à un trafic de drogue : cocaïne, haschisch, marijuana, speed. Leurs fournisseurs se trouvaient en Belgique et aux Pays-Bas et la plupart de leurs clients dans le Jura. Ces activités illicites auraient permis de réaliser un chiffre d’affaires supérieur à 100'000 francs entre 2013 et septembre 2014. Ils ont écopé de 36 mois avec sursis dont 18 mois ferme et de 54 mois de détention.

 

Une bande ou un cercle d’amis ?

Les autres protagonistes jugés par la Cour pénale contestent surtout la notion de bande qui est un fait aggravant. Selon la Procureure, on trouve sur le banc des accusés : des revendeurs, un homme de main, des accompagnants, un prêteur d’argent ou encore un testeur. Laurie Roth évoque un groupe hiérarchisé et bien rodé, proche de ce qu’on pourrait appeler le crime organisé. Ce que nient les accusés qui parlent plutôt d’amis à qui ils rendent des services. Autres faits aggravants : les quantités de drogue. Par exemple, plus de 360 grammes de cocaïne pure ont été vendus, ce qui peut mettre en danger la vie de nombreux clients. La procureure a d’ailleurs débuté son réquisitoire en égrenant les noms des personnes mortes par overdose ces dernières années. Le ministère public a requis entre 18 mois avec sursis, pour le père qui aurait financé le trafic, et jusqu’à 5 ans de prison ferme pour le principal revendeur.

Les plaidoiries se poursuivent jeudi. Le verdict devrait être rendu vendredi après-midi. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus