Des indemnités qui dérangent

Les indemnités de départ de la cheffe du Service de la consommation et des affaires vétérinaires ...
Des indemnités qui dérangent

Le départ de la cheffe du SCAV s'est invité à la tribune lors des questions orales du Parlement

Parlement jurassien La première séance plénière de l'année 2017 du Parlement jurassien a lieu ce mercredi 1er février.

Les indemnités de départ de la cheffe du Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) se sont invitées à la tribune du Parlement mercredi matin. Lors des questions orales, la députée PCSI Suzanne Maître-Schindelholz a souhaité rapporter le sentiment de la population jurassienne qui s’interroge sur la politique du personnel du canton du Jura et ses dépenses. Pour rappel, la cheffe du SCAV Anne Ceppi a été libérée de l’obligation de travailler courant janvier, mais quitte son poste avec l’équivalent de douze mois de salaire. L’élue PCSI a ainsi demandé au Gouvernement jurassien si la loi sur le personnel s’applique à l’ensemble des employés de l’Etat, y compris les chefs de service, ou s’il existe un règlement différencié.

Aucun régime différencié

« La loi sur le personnel consacre un seul et unique statut pour tous les employés de la fonction publique », a d’emblée répondu la ministre de l’intérieur Nathalie Barthoulot. « À ce jour, aucun régime différencié ne s’applique aux chefs de service ni à aucune catégorie de personnel en particulier. Cette hypothèse sera toutefois analysée dans le cadre de la révision de la loi sur le personnel qui va débuter le mois prochain », a précisé Nathalie Barthoulot. Dans le cas précité, la procédure utilisée est dite de résiliation d’un commun accord selon des modalités convenues entre les parties selon l’article 80 de la loi sur le personnel. « Une telle résiliation peut être envisagée avec n’importe quel employé de l’Etat, chef de service ou non », a conclu la ministre de l’intérieur. /afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus