FORTA et la naturalisation divisent moins le Jura que la RIE III

« J moins 10 » avant les votations fédérales du 12 février prochain pour lesquelles les citoyens ...
FORTA et la naturalisation divisent moins le Jura que la RIE III

Tour d’horizon des prises de position des partis jurassiens à 10 jours des votations fédérales du 12 février

Votation

« J moins 10 » avant les votations fédérales du 12 février prochain pour lesquelles les citoyens sont invités à se prononcer sur trois objets. La fameuse réforme de l’imposition des entreprises, la RIE III, qui vise à diminuer la fiscalité des entreprises ; la création d’un fonds FORTA pour le financement des réseaux routiers et faire face à l’augmentation du trafic ; et enfin la naturalisation facilitée pour les jeunes étrangers de 3ème génération.

La RIE III reste incontestablement le débat qui déchaîne les passions. Cette réforme divise d’ailleurs assez nettement la droite et la gauche. On craint notamment à gauche que les finances de nombreuses communes - déjà teintées de rouge - en prennent un coup. C’est donc « Non » pour CS-POP, les verts et le PS. Le PCSI donne liberté de vote avec une sérieuse envie de refus en toile de fond. A droite, tout le monde (ou presque) fonce pour la RIE III, sauf le parti évangélique du Jura. Le PDC affirme que cela va « préserver l’emploi et la compétitivité des entreprises jurassiennes ». Thèse à laquelle se rallient l’UDC et le PLR qui avance même le chiffre de 200'000 emplois sauvegardés en Suisse.

 

Tendance au « Oui » pour FORTA et la naturalisation des jeunes étrangers

Les deux autres objets suscitent en revanche beaucoup moins de divergences. FORTA emporte une adhésion quasi générale, y compris du PSJ qui se distingue là du Parti Socialiste Suisse. La raison ? FORTA porte en lui des enjeux cruciaux pour le Jura : ce serait un sérieux coup de pouce pour le projet de la H18 entre Delémont et Bâle, ainsi que pour l’agglomération de Delémont qui recevrait de nouvelles subventions. Finalement seuls les Verts y sont vertement opposés. Soutenir le développement du trafic va selon eux « à l’encontre des objectifs climatiques acceptés par la Suisse à Paris ». CS-POP prône quant à lui la liberté de vote.

Enfin, sans surprise, l’UDC est le seul parti jurassien opposé à la naturalisation facilitée des jeunes étrangers et n’entend pas brader la nationalité suisse. Pour tous les autres, c’est un « Oui » massif, et même un « Oui » commun puisqu’ils ont signés conjointement leur prise de position. « Ces jeunes sont nés en Suisse, scolarisés en Suisse, travaillent en Suisse, leur naturalisation est une évidence » selon ces partis. « Les grands parents de ces jeunes ont construit la Suisse d’après-guerre » relèvent encore certains tout en précisant qu’on ne parle pas d’une naturalisation « automatique » mais seulement « facilitée ». /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus