Les bars sont pleins à carnaval

Les bars étaient bondés mardi soir et ce week-end à Delémont et Bassecourt. Les deux carnavals ...
Les bars sont pleins à carnaval

« Carnaval est la fête la plus rentable de l’année » pour les bistrotiers de la Vallée de Delémont, nous avons fait le tour des bars pour faire le point

 Carnaval, l'occasion de faire santé !

Les bars étaient bondés mardi soir et ce week-end à Delémont et Bassecourt. Les deux carnavals vadais ont brassé des milliers de personnes. Pour les bistrotiers et restaurateurs, ces fêtes sont les plus importantes de l’année. Ils se préparent plusieurs jours à l'avance et sont sur le pied de guerre jour et nuit.

Quelques chiffres pour démontrer l'aspect gargantuesque des festivités: Plus de 2'000 litres de bière ont été écoulés entre le samedi de Carnaval et mardi gras au Shannon’s Pub à Delémont. Un peu plus haut dans la rue, au Bœuf, ce sont entre 40 et 50 cartons de bouteilles de 75 cl qui ont été descendus par les fêtards. En face, la New Bayerische stocke pour quelque 10'000 francs de marchandises pour ces quelques jours. Des chiffres qui font tourner la tête et pas seulement celles des noceurs. Les tenanciers ajoutent qu’ils font salles combles le samedi et le mardi. Au Shannon, le gérant Afrim Ramnabadja estime que ce sont plus de 600 personnes par soir qui transitent dans son pub. Encore un effluve numéraire pour se donner le tournis : pour le patron du Shannon, carnaval permet de générer le chiffre d’affaires équivalent au total d’un mois normal…

 

 

Une somme à relativiser

Si plus d’argent rentre dans les caisses, les charges sont évidemment plus grandes aussi. À Bassecourt, au Cheval Blanc, ce sont 14 personnes qui viennent travailler pour carnaval, elles sont deux habituellement. Dix personnes en plus au Shannon, 5-6 en plus au Bœuf et à La Baye. Sans compter la sécurité.

Tous font également de la petite collation pour les carnavaliers : hamburgers, grillades… le Bœuf cuisine les vol-au-vent jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus… le service dure jusqu’à 6h du matin le mercredi !

Pour Bernadette Vallat-Wyss à Bassecourt ce sont 40 kg de têtes de veau qui sont préparés pour le dimanche ! La gérante du Cheval Blanc relativise quelque peu la manne financière que rapporte ce week-end. Elle explique qu’il y a plusieurs années, les gens disaient que les revenus de carnaval à Patadorf permettaient de payer les impôts d’une année. Elle corrige : « actuellement c’est tout juste deux mois. Ça met du beurre dans les épinards mais pas tant que ça… Mais bon quand on aime ».

 

 

La fête la plus rentable de l’année dans la Vallée

Les gens convergent tous vers leur bar. Les bistrotiers delémontains se réjouissent unanimement : « c’est même bien mieux que la danse sur la Doux ». Tous modifient leur décoration, ajoutent des bars dans les salles, dans l’entrepôt au Bœuf, sous tente à l’extérieur à La Baye. Beaucoup de travail, des nuits blanches mais qui valent quand même la peine : le gérant du Bœuf estime que le nombre de clients est décuplé dans le restaurant les nuits de carnaval. /lbr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus