Des droits de pêche privés qui dérangent

Cannes et hameçons sont de retour au bord des cours d’eau jurassiens. La pêche a été officiellement ...
Des droits de pêche privés qui dérangent

Les pêcheurs jurassiens ont fait samedi leur retour au bord de l’eau, certains tronçons leur sont toutefois interdits en raison de droits de pêche privés

Pêche à Soyhières Photo : archives

Cannes et hameçons sont de retour au bord des cours d’eau jurassiens. La pêche a été officiellement ouverte samedi dans le Jura. L’occasion de revenir sur un dossier qui a beaucoup fait parler dernièrement : les droits de pêche privés dans le Val Terbi. Ces 42 kilomètres de cours d’eau, dont font partie la Scheulte et la Gabiare, échappent aux autorités jurassiennes et à diverses législations.

Le vice-président de la Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens et député au Parlement jurassien, Ami Lièvre, estime qu’il est temps de s’occuper de ce « no man’s land » qui prévaut à l’intérieur du canton. « Les pêcheurs jurassiens sont astreints à payer un émolument, suivre une formation spécifique et respecter des lois et règlements alors que les ayants droit aux droits de pêche privés n’ont pas d’obligation particulière sauf peut-être la loi fédérale sur la pêche », indique-t-il.

Ami Lièvre y voit une inégalité de traitement. Il a d’ailleurs déposé une motion à ce sujet devant le législatif. L’idée est d’obliger les bénéficiaires de ces droits à participer aux frais d’investissement qui visent à améliorer la qualité biologique des tronçons concernés. Pour l’élu socialiste, le canton du Jura aurait tout intérêt à reprendre le contrôle de ces cours d’eau. Cela permettrait notamment d’ouvrir la pêche plus largement mais pourrait aussi avoir un impact sur le tourisme régional, selon Ami Lièvre. Il serait également possible d’utiliser les affluents des rivières concernés pour élever des alevins de truites afin de repeupler les quatre grands cours d’eau ouverts à la pêche dans le Jura dont la Birse.

 

Un repeuplement positif mais insuffisant

Ces dernières années, le dossier de la Birse a fortement occupé les instances de la pêche jurassienne. Une pollution avait touché la rivière entre 2013 et 2014. La faune piscicole avait alors été fortement décimée entre Roches et Delémont. Les cantons du Jura et de Berne ont récemment annoncé des mesures de repeuplement. 50'000 truites juvéniles vont notamment être introduites dans la Birse ces prochaines années.

Pour le vice-président de la Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens, ce plan va dans la bonne direction mais il ne résoudra pas tous les problèmes. « Des études ont montré que ce type de rempoissonnement a des rendements très faibles car les truites ont moins d’une année. Lorsqu’elles sont remises dans un grand cours d’eau, elles résistent très mal », souligne-t-il. Ami Lièvre précise que ces mesures ne concernent que les truites. Il faudrait aussi, selon lui, penser à réintroduire d’autres espèces comme l’ombre ou le chabot. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus