La justice jurassienne a eu du travail l’an dernier

Le Tribunal cantonal a publié ce vendredi son rapport d'activités 2016 à l'attention du Parlement ...
La justice jurassienne a eu du travail l’an dernier

Les affaires à traiter ont augmenté en 2016 par rapport à 2015

Tribunal de Porrentruy Le château de Porrentruy, où réside la justice jurassienne.

Le Tribunal cantonal a publié ce vendredi son rapport d'activités 2016 à l'attention du Parlement. Le texte présente les activités déployées l’an dernier par les instances judiciaires cantonales et par l'Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte, dont la Cour administrative est autorité de surveillance.

Le Tribunal cantonal considère que la justice jurassienne a fonctionné de manière satisfaisante et efficace. Au niveau du Tribunal cantonal, le nombre d'affaires introduites en 2016 a augmenté par rapport à l'année 2015, de même que le nombre d'affaires liquidées. Le nombre d'affaires reportées en 2017 est identique à celui de l'année précédente. Les procédures sont en particulier plus nombreuses à la Cour administrative, en raison notamment des évaluations de fonctions menées au sein de l'administration cantonale, ainsi qu'à la Cour pénale.

Le Tribunal de première instance voit lui aussi une augmentation du nombre d'affaires introduites. En outre, le Tribunal pénal, qui se compose de trois magistrats, a été saisi 31 fois l'année dernière, contre 21 fois en 2015. La charge de travail qui en découle est significative, également pour le personnel administratif.

Le Ministère public a constaté une augmentation des dossiers en 2016, ainsi qu'un développement de la criminalité (nombre d'infractions), ce qui alourdit les procédures. Le bureau des contraventions fonctionne quant à lui de manière satisfaisante, en dépit des tâches toujours plus nombreuses qui lui incombent.

Au niveau du Tribunal des mineurs, un renversement de la tendance des dernières années a été constaté, avec une augmentation de la délinquance juvénile (+50%). L'année 2016 a enfin été marquée par le passage de témoin entre Yves Richon, juge des mineurs depuis l'entrée en souveraineté, et Carole Girardin, qui est entrée en fonction le 1er mars. /comm + rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus