La minorité du CJB monte au front

Une prise de position trompeuse, inexacte et tendancieuse : le groupe autonome du Conseil du ...
La minorité du CJB monte au front

Le Conseil du Jura bernois n'avait pas à donner des consignes de vote sur Moutier, selon la minorité autonome de l'institution

Moutier

Une prise de position trompeuse, inexacte et tendancieuse : le groupe autonome du Conseil du Jura bernois ne prend pas de pincettes pour qualifier la résolution adoptée par la majorité du CJB la semaine dernière. Le texte appelle les citoyens de Moutier à voter non au rattachement de leur ville avec le Jura le 18 juin prochain. La minorité de l’institution a dénoncé ce matin ce qu’elle considère comme une ingérence et une atteinte à l’autonomie communale.

Le problème réside dans la forme de la prise de position du Conseil du Jura bernois. La minorité estime que le CJB n’a pas pour but d’informer les Prévôtois, mais d’influencer leur vote, et qu’il se comporte ainsi comme un parti plutôt que comme une véritable institution politique. Lors des discussions au sein de la commission politique du Conseil du Jura bernois, les membres du groupe autonome expliquent que leurs voix n’ont pas été entendues. Jean-Pierre Aellen ajoute que le texte n’est « qu’un copier-coller de la position du gouvernement bernois, avec quelques ajouts ».

Les membres de la minorité ont donc présenté plusieurs points sur lesquels ils estiment que le message du CJB est trompeur ou pêche par omission, de la formation à la santé en passant par l’économie et le statut particulier. En conclusion, le groupe autonome explique qu’il n’a pas à dire à la ville de Moutier ce qu’elle doit voter, tout en ne se privant pas de déclarer que la solution d’un avenir jurassien apparaît comme étant, à l’évidence, une meilleure solution pour la ville de Moutier.

 

Retard pour le Statu quo+

La minorité autonome a profité de l’occasion pour évoquer le Statu quo+, qui doit notamment renforcer les pouvoirs du Conseil du Jura bernois. Elle a indiqué qu’une rencontre à ce propos avait eu lieu dernièrement avec la Délégation du Conseil-exécutif aux affaires jurassiennes. Le gouvernement aurait expliqué qu’il fallait faire preuve de prudence dans ce domaine et ne pas proposer de modification de la loi Statut particulier au Grand Conseil dans l’année suivant le vote de Moutier. Il craint de remettre en jeu cette loi dans un moment délicat, explique la minorité du CJB. Elle ajoute que dans ces conditions, le Statu quo+ ne serait pas totalement déployé avant 2020./ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus