Former des apprentis, un vrai défi!

Les obstacles à la formation des apprentis ne cessent de prendre de l’ampleur. Outre la conjoncture ...
Former des apprentis, un vrai défi!

Les entreprises formatrices font face à de nombreuses difficultés: la pénurie de candidats mais aussi des contraintes financières et administratives. Certaines PME décident carrément de jeter l'éponge

apprentissage PSR Mécanique Patrick Roethlisberger et son fils Marco forment des apprentis dans leur entreprise PSR Mécanique à Moutier depuis une dizaine d'année

Les obstacles à la formation des apprentis ne cessent de prendre de l’ampleur. Outre la conjoncture difficile, les entreprises formatrices de la région doivent jongler avec les difficultés. Principal problème: la pénurie de candidats. Les chiffres montrent que les inscriptions pour les formations de polymécanicien et mécanicien de production enseignées au Centre d’apprentissage de l’Arc Jurassien (CAAJ) à Moutier sont en baisse. Sa directrice, Danielle Ackermann, reconnait que les métiers techniques ne semblent plus assez « sexy » pour les jeunes. Une opération de promotion sera mise en place fin mai en collaboration avec la maison Tornos, l’école secondaire de Moutier et le CAAG pour essayer de redorer le blason des professions techniques.

Un problème généralisé  

La difficulté à trouver des apprentis ne touche pas que le domaine industriel. Les métiers de bouche et les professions de la construction ont également tendance à être boudés par la jeunesse. Les élèves les plus prometteurs sont souvent poussés à poursuivre leurs études via le gymnase ou le lycée alors que leurs compétences pourraient justement renforcer le secteur secondaire. Le niveau des candidats aux places d’apprentissage se retrouve abaissé et les échecs en cours d’apprentissages ne font que décourager les formateurs.

Un investissement de temps et d'argent

Outre le manque de candidat, les petites entreprises, comme PSR Mécanique à Moutier, qui décident de prendre un apprenti doivent faire face à des charges financières et administratives souvent conséquentes. En raison de ces contraintes, certaines structures ont décidé de renoncer à former des jeunes, comme nous l’a confié Danielle Ackermann, directrice du Centre d’apprentissage de l’Arc Jurassien à Moutier.

Pour le moment le canton de Berne ne bénéficie pas de fond de formation pour soutenir les entreprises comme c’est le cas dans le canton du Jura. /nme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus