Les pétitions n’influenceront pas le sort de Moutier

Les éventuelles annulations des votes communalistes à Crémines et Grandval ne représentent ...
Les pétitions n’influenceront pas le sort de Moutier

Les pétitions déposées à Crémines et Grandval pour annuler leurs votes communalistes ne devraient pas avoir de lourdes conséquences le 18 juin selon les comités de campagne

Les éventuelles annulations des votes communalistes à Crémines et Grandval ne représentent pas un aspect déterminant pour le scrutin sur l’appartenance cantonale de Moutier. À moins de deux mois du scrutin du 18 juin dans la cité prévôtoise, deux pétitions, munies de quelque 120 paraphes chacune, ont été déposées mardi à Crémines et Grandval. Les signataires demandent aux exécutifs communaux de retirer leur demande de vote communaliste auprès du gouvernement bernois. Ils estiment que les citoyens des deux villages se sont déjà prononcés clairement le 24 novembre 2013 et que la Question jurassienne a ainsi été réglée. Ils soulignent par ailleurs que la population a choisi de donner la priorité à la fusion du Cornet en donnant son feu vert à l’élaboration du projet l’année dernière.

La balle est à présent dans le camp des Conseils municipaux de Crémines et Grandval, qui devraient trancher sur la question la semaine prochaine.

 

Pas de quoi s'inquiéter

Si les deux communes décident d’annuler leur demande, seuls Belprahon et Sorvilier pourront encore se prononcer sur leur appartenance cantonale après Moutier. Ces éventuels retraits pourraient-ils avoir un impact sur le choix des Prévôtois le 18 juin prochain ? Pas du tout selon le porte-parole du comité Moutier, ville jurassienne, Valentin Zuber.

Valentin Zuber

Pour le porte-parole de Moutier-Prévôté aussi, les destins des communes de Crémines et Grandval ne sont pas vraiment liés à celui de Moutier. Patrick Roethlisberger.

Patrick Roethlisberger

Et c'est légal ?

Sur le plan légal, Crémines et Grandval sont bel et bien en droit de retirer leur demande de vote communaliste si elles le souhaitent. Selon le vice-chancelier du canton de Berne, Michel Walther, la LAJB, la loi sur l’organisation des votations relatives à l’appartenance cantonale des communes du Jura bernois, prévoit la possibilité pour les communes de se rétracter jusqu’à quatre semaines après le vote de Moutier, c’est-à-dire jusqu’au 16 juillet. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus