Des voix s’élèvent contre le PAL de Delémont

Le PAL, le plan d’aménagement local, de Delémont ne plaît pas à tout le monde. Un groupe citoyens ...
Des voix s’élèvent contre le PAL de Delémont

Un groupe citoyens dénonce le PAL, le plan d’aménagement local, de Delémont en vue de la votation du 21 mai

Delémont vue du ciel par Yannick Barthe Le PAL de Delémont ne convainc pas tout le monde (photo aérienne: Yannick Barthe).

Le PAL, le plan d’aménagement local, de Delémont ne plaît pas à tout le monde. Un groupe citoyens s’est constitué pour appeler à glisser un « non » dans les urnes lors de la votation communale du 21 mai prochain. Les habitants de la capitale jurassienne devront se prononcer sur le plan de zones et le règlement communal sur les constructions qui découlent du PAL intitulé « Delémont, Cap sur 2030 ». Le groupe citoyens compte moins d’une dizaine de membres. Il dénonce plusieurs aspects du document.

Le groupe citoyens estime notamment qu’il existe suffisamment de logements vides à Delémont pour répondre à l’augmentation prévue de la population, soit de 100 à 150 habitants par an. Il ne conteste toutefois pas l’opportunité de créer de nouvelles constructions mais « pas sous la forme prévue avec des immeubles de 10-12 étages », indique un de ses membres, Bernard Hoffer. Il estime ainsi que le PAL va provoquer « la suppression de zones vertes » et un « bétonnage à outrance » avec le risque de « créer une bulle immobilière » à Delémont. Toujours dans le domaine des constructions, le groupe citoyens critique également l’absence d’extension de zones pour les maisons individuelles prévue dans le document afin de répondre aux exigences de la LAT, la loi fédérale sur l’aménagement du territoire. Pour un autre de ses membres, Pierre Chételat, la ville de Delémont ne dispose pas de suffisamment de terrains pour ce type d’habitat.

Le groupe citoyens craint, enfin, une « généralisation des zones 30 km/h » dans la capitale jurassienne. La disposition ne figure pas dans le PAL, reconnaît Philippe Rottet, membre également du groupe citoyens, mais elle se trouve dans le plan directeur communal. Philippe Rottet rappelle que « le peuple avait refusé à hauteur de 75% de telles zones en votation il y a une quinzaine d’années ». /comm +


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus