Saignelégier centre de réflexion sur l’énergie

L’avenir énergétique de six pays alpins passe peut-être par Saignelégier. Le chef-lieu franc-montagnard ...
Saignelégier centre de réflexion sur l’énergie

Des représentants venus de six nations européennes échangent leurs expériences dans le domaine de l’énergie durant deux jours à Saignelégier

Peace Alps Une vingtaine de représentants de six pays alpins sont rassemblés à Saignelégier.

L’avenir énergétique de six pays alpins passe peut-être par Saignelégier. Le chef-lieu franc-montagnard accueille une rencontre internationale mercredi et jeudi. La réunion rassemble des représentants de Suisse, d’Allemagne, d’Autriche, de France, d’Italie et de Slovénie. Les six pays participent à un projet Interreg européen baptisé « PEACE_Alps ». Le concept vise à fournir un accompagnement professionnel dans la mise en place d’actions concrètes dans le domaine de l’énergie. Il porte sur trois domaines : la gestion énergétique, la rénovation de bâtiments et de l’éclairage public ainsi que l’adaptation au changement climatique. Les cantons du Jura, de Berne et de Neuchâtel ainsi que les communes des Parcs Chasseral et du Doubs font partie du projet.

La représentante de la Suisse, Martine Felber, précise que le programme Interreg permet de « débloquer des moyens pour initier des études et des projets dans le domaine photovoltaïque ou de chauffage à distance, par exemple ». « Le concept ne dispose pas des ressources pour des réalisations mais pour lancer quelque chose », souligne encore Martine Felber.

 

Des expériences à échanger

La rencontre qui se tient à Saignelégier vise donc à partager les expériences vécues dans les six pays alpins. Il est notamment question « de conseil en énergie partagé », comme l’explique la représentante de la France. Julianne Soudan souligne qu’il s’agit, par exemple, « d’observer la consommation des bâtiments pour proposer diverses solutions de rénovation pour réduire la consommation d’énergie ». Elle relève ainsi que « les mêmes méthodes globales peuvent marcher dans les différents pays mais les expériences ne sont pas forcément transposables puisque chaque Etat fonctionne de manière différente ».

Autre aspect évoqué dans les échanges entre les représentants des divers pays : comment intégrer la thématique du changement climatique. Julianne Soudan estime qu’il s’agit d’un « sujet complexe qui demande un engagement sur le long terme et qui dépasse souvent les mandats politiques ». Toutefois, selon elle, là encore les échanges permettent de dégager « des outils et des méthodes qui peuvent fonctionner dans plusieurs pays ». /comm + bbo + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus