Le PLR de Moutier lance sa campagne en vue du 18 juin

Le PLR de Moutier a lancé jeudi matin sa campagne pour le vote communaliste du 18 juin sur ...
Le PLR de Moutier lance sa campagne en vue du 18 juin

Le PLR de Moutier a lancé jeudi matin sa campagne pour le vote communaliste du 18 juin sur l’appartenance cantonale de la cité prévôtoise

De gauche à droite : les conseillers de ville, Steeve Lechot, André Piguet, le président du PLR Moutier, Patrick Roethlisberger, et le conseiller municipal, Jean-Jacques Clémençon. De gauche à droite : les conseillers de ville, Steeve Lechot, André Piguet, le président du PLR Moutier, Patrick Roethlisberger, et le conseiller municipal, Jean-Jacques Clémençon.

Le PLR de Moutier entre dans la danse. Le groupe a réuni la presse jeudi pour le lancement officiel de sa campagne en vue du vote communaliste. Les libéraux-radicaux, qui prônent le non, ont présenté les arguments principaux qu’ils souhaitent mettre en avant et l’affiche qu’ils vont placarder dans toute la ville. Sur celle-ci, ils comparent le scrutin du 18 juin sur l’appartenance cantonale de la cité prévôtoise à une partie de poker. Ils entendent ainsi montrer que, comme dans le jeu, Moutier peut se retrouver perdante après avoir été séduite par le Jura. « Parce qu’on ne joue pas avec l’avenir » est le slogan retenu pour la campagne.

 

L’HJB au cœur des préoccupations

Les libéraux-radicaux mettent l’accent sur l’économie et estime qu’un changement de canton fragiliserait Moutier. Le conseiller de ville Steeve Léchot évoque notamment « un canton souffrant de monoculture économique et très sensible à la conjoncture » en parlant du Jura. Le rejoindre reviendrait à faire dépendre la ville « d’un canton économiquement moins stable et moins diversifié », selon l’élu.  

L’avenir de l’Hôpital du Jura bernois est aussi au cœur des préoccupations. L’établissement serait, selon le PLR, clairement en danger si Moutier rejoignait le Jura. André Piguet, estime que les prestations actuelles offertes par l’HJB ne seraient pas garanties en cas de changement de canton. Le conseiller de ville reconnait toutefois que personne ne peut prédire l’avenir, y compris si Moutier reste dans le canton de Berne. « A long terme, rien n’est garanti. Pour le moment, tant que l’hôpital gagne de l’argent comme c’est le cas actuellement, notre avenir est garanti », conclut André Piguet. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus