Trois foyers de pollution sur le site Onivia

La contamination de la friche industrielle Onivia à Porrentruy est désormais mieux cernée. ...
Trois foyers de pollution sur le site Onivia

Les investigations menées par l’Office de l’environnement ont permis d’identifier trois foyers de pollution distincts sur le site Onivia à Porrentruy

L'assainissement des foyers de pollution pourrait se faire sans toucher au bâtiment principal. L'assainissement des foyers de pollution pourrait se faire sans toucher au bâtiment principal.

La contamination de la friche industrielle Onivia à Porrentruy est désormais mieux cernée. Les investigations menées par l’Office de l’environnement et présentées vendredi ont permis de délimiter trois foyers de pollutions distincts. Une quarantaine de forages et des centaines d’analyses ont été réalisés sur ce site proche de l’ancienne Warteck depuis 2004. Ils ont permis de montrer la présence de solvants chlorés, des produits utilisés en masse à l’époque pour nettoyer les pièces produites dans l’horlogerie et le décolletage.

 

Un grand foyer et deux petits

Deux foyers sont peu profonds et pourront être assainis à court terme en collaboration avec la Confédération et notamment la section des Sites pollués de l’Office fédéral de l’environnement qui participe financièrement à toutes les opérations de la procédure. Il s’agit désormais de déterminer les méthodes d’assainissement qui seront utilisées. Le foyer principal de 800 m2 est, en revanche, plus problématique. Il s’étend jusqu’à vingt mètres de profondeur, ce qui rend tout assainissement impossible pour le moment. Les techniques actuellement sur le marché ne le permettent pas, même si de nouvelles se développent par pompage ou réchauffement du sol. « On préfère attendre que de nouvelles idées émergent. Le canton du Jura doit plutôt temporiser et surveiller ce foyer pour prévoir une intervention à l’horizon 2025 », précise le chef du Service de l’environnement, Patrice Eschmann.

Des réflexions plus globales d’aménagement du territoire et de revalorisation de la friche peuvent désormais être envisagées, pour autant qu’elles tiennent compte du grand foyer selon Patrice Eschmann. L’avenir du bâtiment principal n’est donc pas compromis. Comme les solvants chlorés se situent à vingt mètres de profondeur, ils ne représentent pas de danger pour la population.  

 

Une cinquantaine de dossiers

L’assainissement des lieux est à la charge du canton car la société Onivia n’existe plus. L’opération devrait coûter moins d’un million pour les deux petits foyers. Pour le plus grand, la facture dépendra de la technique utilisée mais variera entre six et quinze millions. De manière générale, l’Office de l’environnement coordonne la réalisation d’une cinquantaine d’investigations sur le territoire cantonal. Pour l'instant, une dizaine de sites pollués devront être assainis durant la prochaine décennie. /alr   


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus