Caritas cible son aide contre la précarité

Caritas Jura applique ses nouvelles orientations. L’institution a présenté vendredi son rapport ...
Caritas cible son aide contre la précarité

Le rapport de Caritas Jura a été publié vendredi. La Stratégie 2020 de l’institution a déployé ses premiers effets en faveur des migrants, des familles et des personnes souffrant d’isolement

Caritas Jura Caritas Jura

Caritas Jura applique ses nouvelles orientations. L’institution a présenté vendredi son rapport 2016. Plusieurs actions ont été mises en œuvre pour suivre les orientations de la nouvelle stratégie adoptée en janvier de l’an dernier. Des projets ont notamment été lancés en faveur des migrants, des familles et des personnes souffrant d’isolement. Plusieurs actions ont également été menées pour augmenter les relations avec les jeunes.

 

Public cible

L’objectif principal de cette nouvelle stratégie se résume par un slogan : « Visible et visionnaire, stimulante, conviviale et tolérante, d’ici 2020, Caritas Jura vous impliquera ».

Partant du constat que certaines populations sont devenues plus vulnérables, l’institution a choisi de renforcer ses prestations en leur faveur. Ainsi, des cours de langue ou un encadrement pour la formation des jeunes sont proposés aux migrants, pour qui Caritas constate que des besoins spécifiques sont nécessaires. Les familles, qui sont désormais plus exposées à la précarité, sont également visées, avec notamment la médiation familiale ou le réseau familles solidaires. Caritas Jura souhaite par ailleurs mieux soutenir les personnes souffrant d’isolement, en prenant en compte la globalité de leurs difficultés, et non un aspect bien précis comme le chômage ou la maladie.

Enfin, l’institution veut se rapprocher des jeunes. Il s’agit d’accroître les liens avec ceux qui feront l’avenir, qu’ils soient donateurs, bénévoles ou bénéficiaires des prestations.

 

Une santé financière relative

Caritas Jura a connu un exercice 2016 légèrement bénéficiaire. Les dépenses prévues ont toutefois été réalisées, et sans l’apport bienvenu d’un héritage d’un quart de million de francs environ, la situation financière serait moins rose. Les contributions attribuées par les pouvoirs publics ont diminué. Pour pouvoir maintenir les prestations à niveau, l’institution va devoir augmenter son autofinancement, et pour ce faire, développer ses activités rémunératrices. /ich


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus