L'affaire de la SRT rebondit au Grand Conseil

Deux députés PSA s'insurgent après la diffusion d'un article dans le Journal du Jura. Le quotidien affirmait que la SRT-Berne avait dénoncé le documentaire « Ici c’est Moutier » dans une lettre envoyée à la RTS, une information démentie par le président de la SRT

L'article du Journal du Jura, démenti vendredi par le Quotidien jurassien, suscite l'indignation des députés PSA Irma Hirschi et Pierre Sauvain. L'article du Journal du Jura, démenti vendredi par le Quotidien jurassien, suscite l'indignation des députés PSA Irma Hirschi et Pierre Sauvain.

La Société des auditeurs-téléspectateurs du canton de Berne a-t-elle été manipulée par l’administration Bernoise ? Les députés PSA de Moutier, Irma Hirschi et Pierre Sauvain, soulèvent la question dans une interpellation urgente au Grand Conseil. Ils font référence à une prétendue protestation de la SRT auprès de la Radio Télévision Suisse au sujet du documentaire « Ici c’est Moutier » diffusé il y a une dizaine de jours.

 

Des affirmations incompréhensibles

Le Journal du Jura indiquait mercredi que la SRT-Berne avait envoyé ses critiques à la chaîne publique dans un courrier. Or cette lettre n’existe pas, comme l’a démontré vendredi matin le Quotidien jurassien, information qui nous a aussi été confirmée par le président de l’organe de contrôle, Pierre-Yves Moeschler.

Face à ce nouveau couac dans la campagne en vue du vote sur l’appartenance cantonale de Moutier, les députés PSA prévôtois veulent des réponses. Ils se demandent tout d’abord si le Journal du Jura est « à ce point mal informé » pour affirmer que « les personnes qui ont participé à cette analyse ne sont pas engagées dans la discussion politique à propos de Moutier », alors que la SRT Berne compte dans ses rangs Michael Schlappach et Hubert Droz, des antiséparatistes convaincus ; Emanuela Tonasso, la suppléante du chef de la communication du canton de Berne ; Giovanna Munari-Paronitti, la directrice de l’Unité francophone de l’Office de surveillance des communes bernoises ; ou encore Mario Annoni, ancien conseiller d’Etat bernois et auteur d’un argumentaire du maintien de Moutier dans le canton de Berne lors du vote consultatif de 1998.

Les députés s’étonnent de constater qu’après l’erreur des chiffres du canton de Berne sur la fiscalité de Moutier, il a à nouveau fallu qu’une faute soit révélée par un tiers pour que des informations trompeuses soient corrigées.

 

Après l'étonnement, les questions

Irma Hirschi et Pierre Sauvain demandent tout d’abord si Giovanna Munari-Paronitti, de par sa fonction de directrice de l’unité francophone de l’OACOT, a exigé une mise au point immédiate après la parution de l’article du Journal du Jura. Ils s’interrogent aussi quant à sa crédibilité future pour traiter des affaires liées à la ville de Moutier.

La suppléante du chef de la communication bernoise n’est pas épargnée. Les députés PSA veulent savoir si, « fortes de ses relations très privilégiées avec le Journal du Jura et étant déjà impliquée dans l’affaire des impôts », Emanuela Tonasso était au courant du texte incriminé avant sa publication par le quotidien régional et si elle a réagi pour « corriger cette fausse information ».

Contactées ce matin, Giovanna Munari-Paronitti et Emanuela Tonasso n’ont pas souhaité s’exprimer dans l’immédiat.

 

Conseil suisse de la presse saisi?

Enfin, Irma Hirschi et Pierre Sauvain déclarent qu’en « ayant affirmé que les membres de la SRT ont été unanimes dans leur prise de position et en renonçant à vérifier cette allégation, le Journal du Jura a commis une faute professionnelle grave ». Les élus demandent donc si les personnes lésées ont l’intention de saisir le Conseil Suisse de la presse. Sur ce point le président de la SRT-Berne, Pierre-Yves Moeschler, nous a indiqué ce matin qu’aucune décision ne sera prise dans l’immédiat. « Il y a trop d’émotion pour le moment, nous y réfléchirons avec le comité à tête reposée, mais il est clair que cette affaire crée des tensions dommageables au sein de l’association et qu’elle entache notre image auprès du public ».

En ce qui concerne le Journal du Jura, nous avons essayé de joindre ses rédacteurs en chefs ce matin, mais ils n’étaient pas disponibles pour répondre à nos questions. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus