Une initiative cantonale pour l’égalité salariale

Le syndicat Unia Transjurane s’engage pour l’égalité salariale via le lancement d’une initiative ...
Une initiative cantonale pour l’égalité salariale

Le syndicat Unia Transjurane s’engage pour l’égalité salariale via le lancement d’une initiative cantonale jurassienne

Unia Unia réclame l'égalité salariale (de gauche à droite: Pierluigi Fedele, secrétaire d'Unia Transjurane, Vania Alleva, présidente d'Unia en Suisse, Maryvonne Pic-Jeandupeux, présidente du comité d'initiative, Marie-Hélène Thies, responsable du groupe femmes d'Unia Transjurane, Thierry Raval, responsable juridique d'Unia Transjurane).

Unia Transjurane en a assez de l’inégalité salariale entre femmes et hommes. Le syndicat a décidé de prendre le taureau par les cornes. Il a lancé ce mercredi une initiative cantonale jurassienne sur le sujet. Le texte a été présenté en présence de la présidente nationale d’Unia, Vania Alleva. Il est rédigé en termes généraux. L’initiative est baptisée « Egalité salariale : concrétisons ! ». Elle demande une modification de la loi cantonale pour instaurer des mesures afin de concrétiser de manière effective le principe d’égalité en matière de salaires.

Le secrétaire régional d’Unia Transjurane, Pierluigi Fedele, estime qu’il est possible d’agir au niveau cantonal en particulier sans attendre des mesures à l’échelon fédéral. Il cite, notamment, des contrôles systématiques sur les entreprises qui bénéficient de contributions de l’Etat de manière directe ou indirecte alors que le procédé s’effectue actuellement par sondages. Pierluigi Fedele évoque également des campagnes d’information et de sensibilisation plus présentes dans le terrain via le Bureau de l’égalité. Il avance également l’idée d’agir sur la formation car « les femmes sont souvent cantonnées dans des poches de très bas salaires » dans le Jura. Reste que le comité d’initiative se place dans une logique de dialogue pour définir des mesures et souhaite laisser une certaine latitude au législateur, en l’occurrence le Parlement.

La récolte de signatures en faveur de l’initiative a démarré mercredi matin. Le moment n’a pas été choisi au hasard puisque le 14 juin marque l’anniversaire de la grève des femmes en Suisse en 1991. Le comité d’initiative a jusqu’au 8 mars prochain pour récolter les 2'000 paraphes nécessaires mais il espère parvenir à ce nombre d’ici un mois déjà. Plus de 800 personnes ont d'ores et déjà signé l'initiative en une seule journée. Le syndicat Unia compte, par ailleurs, réunir d’autres forces autour de son texte.

 

Un problème suisse et jurassien

L’écart salarial entre les hommes et les femmes se situent à 19,5% en Suisse, selon des statistiques de 2014. Le Jura est encore plus touché par le phénomène puisque la différence atteint 23%. La discrimination salariale est pourtant interdite depuis 1981 dans la Constitution fédérale. La présidente nationale du syndicat, Vania Alleva, a parlé de « vol salarial des femmes » pour qualifier ces chiffres. L’action future d’Unia ne va donc pas se limiter au seul canton du Jura. Vania Alleva a indiqué que la démarche lancée dans la région ouvrait la voie à d’autres démarches au niveau national. Elle a précisé qu’une initiative fédérale intitulée « Subito » était en cours de gestation. Le texte pourrait être lancé dans les prochains mois. Il serait porté par diverses forces syndicales. /comm + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus