Le SIDP a vécu une séance agitée

Une séance assez tendue pour le SIDP. L’assemblée du Syndicat intercommunal du district de ...
Le SIDP a vécu une séance agitée

La séance du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy n’a pas coulé de source

Ajoie Un vent froid a soufflé sur Coeuve.

Une séance assez tendue pour le SIDP. L’assemblée du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy s’est tenue mercredi soir à Coeuve. Et une fois n’est pas coutume, certains maires ont âprement discuté les points à l’ordre du jour. La séance a duré plus de trois heures. La décision sur la convention relative à la cession du réseau d’eau A16 a d’ailleurs été repoussée. Alors que le dossier est entre les mains du syndicat depuis quatre ans, de nombreuses questions ont poussé le comité à surseoir la prise de décision. Le SIDP devrait devenir propriétaire des conduites d’eau qui coulent le long de l’autoroute et qui permettent de lutter en cas d’incendie. Mais cette eau pourrait aussi être utilisée par les communes ajoulotes par exemple lors de période de sécheresse ou de pollution. Toutes n’ont pas les mêmes réserves, mais, par solidarité, toutes seraient d’accord de participer. Toutefois, il faudrait mettre aux normes ce réseau avec des coûts importants, alors que certaines communes ont déjà investi dernièrement de grosses sommes pour l’eau potable. De plus, la convention intègre le Syndicat des eaux de Haute-Ajoie qui exploite déjà une partie du réseau. Un non-sens pour certains maires. Finalement d’autres ont souhaité un délai afin d’étudier en détail une convention jugée très complexe. Les Conseils communaux auront jusqu’à fin août.

 

Compétence financière à 250'000 francs

Les modifications du règlement d’organisation du SIDP ont également été débattues. Trois maires se sont d’ailleurs abstenus de voter. L’assemblée du syndicat pourra dorénavant valider des crédits jusqu’à 2 millions francs sans en référer aux législatifs communaux. Quant aux compétences financières du comité, qui passe de 9 à 7 membres, elles s’élèvent à 250'000 francs, au lieu de 50'000 francs. C’est trop selon certains maires. Cinq se sont prononcés en faveur d’une limite de 150'000 francs, ce qui permet par exemple de mandater des bureaux d’ingénieurs. Pour le comité, 250'000 francs représente une somme cohérente par rapport aux bassins de population, 25'000 habitants, et par rapport aux compétences financières des exécutifs communaux. Ce nouveau règlement devra être validé par l’ensemble des assemblées communales d’ici la fin de l’année.

 

Les 5 millions de francs atteints pour la patinoire

En fin de séance, le porteur du dossier a tenu à faire le point sur l’avancée du dossier de la patinoire couverte à Porrentruy. Gérard Meyer a indiqué que le projet prenait forme mais que de nouvelles exigences s’étaient ajoutées. Le champ de glace principal devrait être fonctionnel, comme annoncé, pour la saison 2020/2021. Côté finance, le comité de soutien a réuni 5 millions de francs à travers des fonds externes, soit la somme prévue dès le départ. Toutefois, le comité de soutien s’est fixé un nouvel objectif de 5,5 millions de francs pour compenser les éventuels surcoûts liés au projet. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus