Le parcours fou des gobelets réutilisables de la braderie de Bienne

Pour la première fois des gobelets réutilisables sont utilisés à la braderie de Bienne, non ...
Le parcours fou des gobelets réutilisables de la braderie de Bienne

Pour la première fois des gobelets réutilisables sont utilisés à la braderie de Bienne, non sans soulever certaines critiques

Une fois sales, les gobelets sont transportés dans des caisses vers l'un des quatre points de collecte de la ville. Une fois sales, les gobelets sont transportés dans des caisses vers l'un des quatre points de collecte de la ville.

Comme chaque année ce sont plusieurs dizaines de milliers de visiteurs qui affluent ce week-end dans les rues de Bienne. La traditionnelle braderie de la ville a débuté vendredi soir et s’achèvera ce dimanche. Plus de 500 stands, attractions foraines et autres guinguettes attendent le public. Mais la grande nouveauté cette année, ce sont ces fameux gobelets réutilisables que doivent impérativement utiliser tous les stands de débit de boisson.

 

Comment ça marche ?

Chaque stand a dû préalablement commander une certaine quantité de verres pour le week-end, jusqu’à 10'000 gobelets pour certains. Pour chaque boisson achetée, le client paye deux francs de consigne. Une fois son breuvage avalé, le client ramène le verre dans n’importe quel stand de boisson de la braderie et se voit alors restituer ces deux francs. Ce verre, sale, doit ensuite être acheminé par les responsables des stands vers l’un des quatre points de collecte dans la ville. Des employés des sociétés qui louent les gobelets les récupèrent par caisse, puis les envoient à Münchenstein près de Bâle où ils seront nettoyés. Un nettoyage qui revient à 14 centimes par verre aux associations qui les ont loués.

Reportage : Gobelets réutilisables, une nouvelle organisation

Vraiment plus écologique ?

La ville de Bienne a imposé l’utilisation de ces gobelets pour un motif écologique. Mais la question divise. « On ne voit pas de verres traîner par terre, c’est sûrement plus écologique que les gobelets que l’on jette », affirment un employé de l’une de ces trois sociétés qui louent les gobelets. « Je ne suis pas vraiment d’accord », rétorque cette responsable d’un stand situé sur la Place Centrale. « Comment se passe l’acheminement et le nettoyage de ces verres ? », s'interroge-t-elle ? Des questions que se pose aussi le président du comité d’organisation de la braderie, Peter Winkler. « Ces verres ne sont pas nettoyés à Bienne, donc il faut des camions pour acheminer quelques 150'000 verres à Münchenstein. Ensuite ils sont nettoyés avec des produits pour être parfaitement propres. Est-ce que ces produits sont écologiques ? Je ne sais pas. Il y a des questions que l’on peut se poser », confie le président. Cette première à la braderie de Bienne est donc loin de convaincre totalement. La direction de l’organisation promet de tirer un bilan sur l’utilisation de ces gobelets une fois la manifestation terminée. /jpi

Plus écologique ? L'avis de Peter Winkler, président du comité d'organisation


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus