Le projet de révision de l’accord intercantonal universitaire fait mal au Jura

Le Jura pourrait à l’avenir payer plus d’un million de francs supplémentaire pour ses étudiants ...
Le projet de révision de l’accord intercantonal universitaire fait mal au Jura

Le Jura pourrait à l’avenir payer plus d’un million de francs supplémentaire pour ses étudiants qui partent faire leurs études dans d’autres cantons

L'Université de Neuchâtel attire bon nombre d'étudiants jurassiens. L'Université de Neuchâtel attire bon nombre d'étudiants jurassiens.

Le Jura pourrait être contraint de passer à la caisse dans le cadre du projet de révision de l’accord intercantonal universitaire (AIU). Chaque canton verse une contribution annuelle pour ses étudiants qui partent dans une université extra-cantonale. Jusqu’à présent, le Jura bénéficiait d’un rabais de 10% sur ce coût afin de compenser ses pertes migratoires. Le hic, c’est que la révision de l’accord supprimerait totalement ces tarifs préférentiels, fini les rabais ! Forcément, cela se ressentirait dans les finances du canton du Jura.

 

« On ne va pas se laisser tondre sans réagir »

Actuellement, le Jura paye 9,3 millions de francs (après déduction de la ristourne de 10%) par an pour ses ressortissants qui étudient dans des cantons extérieurs. Avec le projet de révision de l’AIU, le canton payerait 10,5 millions de francs par an, soit plus d’un million supplémentaire. « Evidemment sur l’ensemble du budget jurassien qui est proche du milliard, c’est à relativiser. Mais malgré tout, c’est pour nous un chiffre important et on ne va pas se laisser tondre comme ça sans réagir ! », prévient le ministre jurassien de la formation Martial Courtet.

 

Des tarifs calculés sur les coûts effectifs

L’idée de « tondre » les cantons non-universitaires trouve sa source dans des statistiques : elles ont montré que tous les cantons, en dehors des six grands cantons universitaires (Zürich, Bâle, Berne, Vaud, Genève et Fribourg), subissaient des pertes migratoires importantes. Pour la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), accorder des rabais à tout le monde n’a donc plus de sens. Les tarifs seraient donc désormais calculés sur les coûts effectifs, répartis entre les cantons. A ce petit jeu, le Jura qui exporte près de 700 étudiants est le grand perdant. « Nous ne sommes pas un canton universitaire. D’autres cantons bénéficient donc de l’apport de nos étudiants puisqu’environ un étudiant sur deux reste dans le canton qui l’a formé. Ce sont des gens qui vont payer des impôts dans des autres cantons, évidemment que pour nous c’est une perte ! Il est bien évident qu’un canton comme le nôtre doit bénéficier de rabais par rapport à cette perte migratoire », poursuit Martial Courtet.

 

Le Jura pleure, Berne sourit

A l'inverse, le canton de Berne se réjouit de ce nouvel accord. Pour le chef de l’Office de l’enseignement supérieur du canton de Berne, Daniel Schönmann, le nouveau système serait « plus équitable ». L’accord actuel, qui date de 20 ans, prétérite selon lui les grands cantons universitaires. Avec cette révision, les recettes de l’université de Berne devraient légèrement augmenter. Les cantons sont appelés à se prononcer sur six scénarios différents mis en consultation jusqu’au 31 janvier 2018. L’un d’eux, celui qui serait le moins défavorable au Jura, propose de réduire de 15% les coûts à répartir. Qu’est-ce que cela signifie ? Au lieu d’accorder un rabais aux cantons qui n’ont pas d’universités, on va pénaliser les cantons universitaires en raison de leur avantage de disposer d'un site sur leur territoire. A titre d’exemple, le canton de Vaud ne répartirait pas la totalité de ses coûts sur les autres cantons mais seulement 85% de ses coûts. Un moindre mal pour le Jura... mais qui ne serait, de loin, pas aussi avantageux que le système actuel. /jpi

Quelques chiffres pour mieux comprendre

Près de 700 étudiants jurassiens font leurs études dans un autre canton. Pour eux, le canton du Jura verse actuellement 9,3 millions de francs de contribution annuelle répartis comme suit :

  • 515 étudiants dans les filières des sciences humaines. Coût : 10'600 francs par étudiant et par an

  • 135 étudiants dans les filières scientifiques et techniques. Coût : 25'700 francs par étudiant et par an

  • 28 étudiants en médecine. Coût : 51'400 francs par étudiant et par an

  • TOTAL : 10,4 millions de francs dont on déduit 10% de rabais soit 9,3 millions.

La suppression des rabais contraindrait donc le Jura à payer plus d’un million de francs supplémentaire par an.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus