« Je n’ai jamais voulu la tuer »

Une altercation qui aurait pu très mal tourner occupe le tribunal de Moutier depuis mercredi ...
« Je n’ai jamais voulu la tuer »

Une femme comparait devant la justice à Moutier pour avoir poussé une camarade sur les voies. La lésée avait pu éviter le convoi de justesse. Le Ministère public retient la prévention de tentative de meurtre par dol éventuel

La dispute avait éclaté sur le quai de la gare à Moutier La dispute avait éclaté sur le quai de la gare à Moutier alors qu'un train en provenance de Delémont arrivait

Une altercation qui aurait pu très mal tourner occupe le tribunal de Moutier depuis mercredi matin. Une Prévôtoise comparait devant la justice pour avoir poussé une femme sur les voies au moment où le train entrait en gare. Elle doit notamment répondre de tentative de meurtre. Les faits remontent à l’été 2015. Une dispute entre les compagnons des deux protagonistes est à l’origine de l’incident. La victime avait pu éviter le convoi et s’en était sortie indemne.

« Si cette femme n’est pas morte écrasée par le train, c’est simplement dû à un miracle ». D’entrée de jeu, le procureur Pierre Voisard a axé son réquisitoire sur les conséquences dramatiques qu’aurait pu avoir le geste de la prévenue: « Même un enfant de dix ans sait que pousser quelqu’un sur les voies du train est de nature à tuer », a-t-il poursuivi, en rappelant que la lésée a été projetée si violemment qu’elle est tombée au milieu des traverses. Des arguments rejetés en bloc par la défense: « Ma cliente voulait simplement séparer les belligérants, elle n’avait pas conscience que le train arrivait ». Selon Maître André Gossin, la lésée a trébuché sur les voies lorsque son talon a buté contre la ligne de sécurité mais ce n’est pas une impulsion violente de la prévenue qui l’aurait fait chuter. Il a d’ailleurs rappelé qu’aucun témoin n’a vu le moment où la victime a été bousculée. Les derniers mots de l’audience sont revenus à l’accusée: «  Je n’ai jamais voulu la tuer, je voulais juste la repousser ». « Je suis désolée », a-t-elle glissé entre deux sanglots.  

Le Ministère public a retenu la prévention de tentative de meurtre par dol éventuel et requiert 36 mois de détention, dont six mois ferme. Le verdict sera rendu vendredi en début d’après-midi. /nme   


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus