Le comité « Belprahon dit OUI » entre en campagne

Les autonomistes de Belprahon se sont mis en ordre de marche en vue du vote communaliste du ...
Le comité « Belprahon dit OUI » entre en campagne

Un groupe de citoyens autonomistes s’est formé pour prôner le départ de la commune dans le canton du Jura le 17 septembre prochain

Belprahon dit OUI Des membres du comité "Belprahon dit OUI": Liam McGillivray, Geneviève Grimm-Gobat, Claude Gigandet, Aude Sauvain et Dominique Crelier (de gauche à droite".

Les autonomistes de Belprahon se sont mis en ordre de marche en vue du vote communaliste du 17 septembre. Tout comme Sorvilier, la commune du Cornet se prononcera sur son avenir institutionnel le mois prochain, trois mois après la décision de Moutier de rejoindre le canton du Jura. Un comité nommé « Belprahon dit OUI » s’est créé au lendemain du scrutin du 18 juin en Prévôté. Il est composé d’une quinzaine de citoyens du village qui ne siègent pas au Conseil communal.

 

Respecter la cohésion villageoise

Ce groupe autonomiste souhaite développer ses arguments dans un débat constructif. « La campagne de Belprahon n’a rien à voir avec l’intensité de celle de Moutier. Belprahon, c’est 300 habitants, dont 240 votants ! Les autorités communales ont décidé de ne pas prendre position, ce que nous respectons. Nous avons donc créé ce comité militant pour le « oui », qui va mener une campagne courte, positive, sereine et respectueuse de la cohésion villageoise », a déclaré Claude Gigandet, un des membres de « Belprahon dit OUI ».

 

Du côté des arguments, le comité estime que Moutier et Belprahon sont indissociables. « Il y a sept siècles d’une existence commune à laquelle il serait plus que malheureux de renoncer. Nous ne voulons pas d’une frontière cantonale entre Belprahon et Moutier, notre ville-centre. Rejoindre le Jura ne nous empêchera pas de maintenir des relations avec les autres communes du Cornet. Le Gouvernement jurassien a pris des engagements clairs. Il veut favoriser le maintien des syndicats intercommunaux existants. Le syndicat scolaire qui rassemble les communes du Cornet pourra ainsi être maintenu », a déclaré Aude Sauvain.

 

« Il faut compter sur la jeunesse »

La jeunesse de Belprahon veut aussi se mobiliser dans cette campagne, comme celle de Moutier. « Elle a pour devoir de porter le regard sur des horizons nouveaux. Il faut compter sur la jeunesse pour se libérer du conservatisme ambiant. Ce qui compte à nos yeux, c’est d’imaginer ce que demain peut nous offrir. Nous sommes capables de construire une œuvre nouvelle, débarrassée des contraintes de l’ancien temps. Si l’engagement de la jeunesse prévôtoise a été plus que précieux à Moutier, faisons en sorte que celui de la jeunesse de Belprahon soit décisif. Rien ne nous résistera si nous mettons l’énergie et la conviction nécessaires », a clamé Liam McGillivray.

 

Une lettre au Préfet du Jura bernois

Sur l’aspect juridique, le comité « Belprahon dit OUI » observe de près le traitement des recours qui ont été déposés à Moutier après le vote du 18 juin. Une lettre a été envoyée au Préfet du Jura bernois le 5 août dernier. « Au moment où notre village se prononcera, nous ne saurons pas si le résultat de Moutier est définitivement validé. Le doute va subsister tant que le Préfet n’aura pas tranché. Dans notre lettre, nous dénonçons un manquement manifeste aux conditions d’un bon déroulement du scrutin. Il pourrait y avoir des conséquences néfastes par la suite. Cette situation n’est pas respectueuse de l’exigence de voir les gens de Belprahon se prononcer en toute connaissance de cause. Notre lettre a valeur d’un « recours préventif » contre un vote faussé par l’irresponsabilité de l’autorité de surveillance. Ceci dit, notre comité s’engage dans la campagne avec, comme référence, la date du 17 septembre 2017 », a déclaré Dominique Crelier.

 

Cette problématique sera évoquée lors de la rencontre prévue le 16 août entre la population de Belprahon et les gouvernements bernois et jurassien. Le comité « Belprahon dit OUI » mènera sa première action deux jours plus tard, le 18, en conviant les habitants du village à un apéritif sur la Place du village. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus