Du rififi à Haute-Sorne

Les autorités de Haute-Sorne se retrouvent au cœur d’une enquête. En qualité d’autorité de ...
Du rififi à Haute-Sorne

Le Gouvernement jurassien a décidé d’ouvrir une enquête : une élue dénonce des dysfonctionnements au sein du Conseil communal

Commune de Haute-Sorne Commune de Haute-Sorne

Les autorités de Haute-Sorne se retrouvent au cœur d’une enquête. En qualité d’autorité de surveillance, le Gouvernement a décidé l’ouverture d’investigations confiées au Contrôle cantonal des finances. Cette enquête découle d’un courrier signé d’une conseillère communale qui dénonce des dysfonctionnements au sein de l'exécutif. Les accusations et les faits portés à la connaissance du Gouvernement rendent l’enquête nécessaire, selon lui. Il s’agira de vérifier si les procédures légales ont été suivies par le Conseil communal et les décisions prises dans le respect des réglementations. Les principales conclusions du rapport, dont le travail d’investigation doit débuter ces prochains jours, seront rendues publiques. Le gouvernement entend ainsi rétablir la sérénité au sein des autorités communales à l’approche des élections du mois d’octobre.

 

Accusation fondée ou élecoraliste?

A deux mois des élections communales, cette enquête risque de secouer la commune. Le communiqué diffusé jeudi par le Gouvernement ne précise pas la nature des présumés dysfonctionnements, mais ajoute qu’il s’agira de déterminer si les prescriptions légales et réglementaires ont été respectées par le Conseil communal. Du côté des autorités communales, c’est « no comment ». Le maire Jean-Bernard Vallat indique n’avoir pas encore pris connaissance de la teneur du courrier envoyé par le canton et s’étonne d’une communication simultanée à la presse. Pour le conseiller communal, Pascal Crétin, c’est là une manœuvre électorale, et il ne voit pas quelque dysfonctionnement que ce soit dont aurait pu se rendre coupable le Conseil communal.

 

Situation conflictuelle

Quant à l’auteure de la lettre de dénonciation, elle n’est pas nommément citée. Mais seules deux femmes siègent à l’exécutif. L’une comme l’autre se refusent à tout commentaire pour le moment. Reste néanmoins que les bisbilles entre les membres des autorités communales ne datent pas d’aujourd’hui. Plusieurs de nos sources, qui préfèrent rester discrètes, pointent le doigt du côté du PCSI. La composition des listes pour les élections du 22 octobre pourraient s’avérer instructives. « Haute-Sorne Avenir », nouvelle venue, sera formée de candidats de différents horizons politiques. /ich+comm


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus