Un an de prison et retour au pays

Une année derrière les barreaux. C’est la condamnation qui a été prononcée jeudi matin par ...
Un an de prison et retour au pays

Un ressortissant espagnol habitant les Franches-Montagnes a été reconnu coupable de brigandage par le Tribunal de première instance de Porrentruy

 Le Tribunal de première instance de Porrentruy a renvoyé un ressortissant espagnol dans son pays.

Une année derrière les barreaux. C’est la condamnation qui a été prononcée jeudi matin par le Tribunal de première instance de Porrentruy à l’encontre d’un ressortissant espagnol qui habite aux Franches-Montagnes. L’homme a été reconnu coupable de brigandage pour deux faits qui remontent à octobre et novembre 2016 à Saignelégier. Sa peine a été accompagnée de 18 mois de privation de liberté avec sursis pendant trois ans et une expulsion du territoire suisse pendant dix ans.

«Je suis désolé de l'avoir fait, je ne voulais faire de mal à personne». Ce sont là les premiers mots du prévenu qui est arrivé menotté à l'audience. L'homme avait commis un premier brigandage dans un magasin de fleurs fin octobre à Saignelégier. Il a ensuite récidivé mi-novembre dans une librairie-papeterie, toujours dans le chef-lieu franc-montagnard. Les deux fois, le brigand, toxicomane au moment des faits, était reparti avec 400 francs pour s'acheter de la drogue et payer ses dettes. Lors des deux vols aggravés, il s'était muni d'un couteau de cuisine avec une lame d'une longueur d'environ 20 centimètres. « Mon client n’avait pas l’intention de blesser ces dames, il voulait les impressionner pour qu’elles lui donnent le contenu de la caisse », a expliqué à plusieurs reprises l’avocat de la victime. Les trois plaignantes n'ont d'ailleurs rien demandé pour tort moral.
Pour le Ministère public, les agissements sont graves et ne devaient en aucun cas être banalisés. Le coupable «voulait de l'argent coûte que coûte et n'a pas hésité à utiliser la menace pour réaliser son objectif», a déclaré la procureure Laurie Roth. Quant à la juge, elle a parlé d’un agissement purement égoïste du coupable, qui n’a pensé qu’à sa consommation de drogue et au paiement de ses dettes. « Il y aurait pu avoir de graves séquelles psychologiques chez les victimes », a-t-elle encore ajouté.
 
Le prévenu a accepté sa peine de prison et l'expulsion de la Suisse. Il souhaitait de toute façon retourner en Espagne rejoindre son fils et la maman de l'enfant. Les frais de procédure, à sa charge, se montent à 24'800 francs. /jeb


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus