Faire connaître le Père Blanchard

Le Père Blanchard de Soyhières a marqué la région. Deux-cents ans après son arrivée à Soyhières ...
Faire connaître le Père Blanchard

Le Père Blanchard de Soyhières, un saint qui n’en est pas un

Le Père Blanchard de Soyhières Le Père Blanchard de Soyhières

Le Père Blanchard de Soyhières a marqué la région. Deux-cents ans après son arrivée à Soyhières, une fête, mise sur pied par l’association des Amis du Père Blanchard et de la Mère Chappuis, se tiendra en son honneur le 1er octobre dans le but de faire connaître sa vie. Le prêtre, né en en 1762 à Undervelier, a dû s’exiler en Allemagne suite à l’invasion du Jura par les troupes révolutionnaires françaises. De retour en 1817 à Soyhières, il meurt sept ans plus tard. Le curé était vénéré par ses paroissiens qui ont inscrit sur sa tombe qu’il était mort « en odeur de sainteté ». L’homme pieu était d'une grande intelligence et était à l'écoute de ses fidèles. A travers les textes de ses sermons, retrouvés il y a peu, les membres de l’association comprennent un peu mieux les raisons de cette dévotion. Le Père Jean-Pierre Blanchard était très rigoureux mais aussi enclin à la miséricorde. Toutefois, sur les 2'000 pages retrouvées, la plupart sont en allemand, écrit avec un ancien alphabet. Des textes incompréhensibles même pour les membres germanophones de l’association.

 

Des miracles mais pas de béatification

Après sa mort, un miracle s’est produit devant de nombreux témoins. Une jeune femme paralysée, Marianne Nappez de Grandfontaine, s’est fait conduire en char à Soyhières et a été déposée pendant la messe sur la tombe du prêtre. A la fin de la cérémonie, la malade était guérie. Malgré tout, l’Evêque de l’époque, Monseigneur Lachat, qui devait faire face au Kulturkampf, n’a pas réussi à déposer une demande de béatification dans les règles, selon la sœur Thérèse Marguerite. Mais pour elle qui est membre de l’association et responsable de la maison de la Mère Chappuis à Soyhières, le Père Blanchard est un saint.

 

Une pièce écrite en l’honneur du Père Blanchard

Des animations musicales sont au programme le 1er octobre avec la chorale Chante ma terre. La troupe Mettembert sur scène se produira également avec une pièce écrite spécialement pour retracer la vie du Père Blanchard. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus