« On n’est pas à l’abri d’un recours »

Les habitants de Sorvilier et Belprahon connaitront la couleur de leur avenir dans trois jours ...
« On n’est pas à l’abri d’un recours »

Belprahon et Sorvilier décideront de leur avenir institutionnel ce dimanche. Le canton de Berne a tout mis en oeuvre pour sécuriser au maximum ces scrutins communalistes et éviter les irrégularités

Le chancelier du canton de Berne Michel Walthert Le vice-chancelier du canton de Berne Michel Walthert rappelle que toutes les mesures ont été prises pour sécuriser les scrutins

Les habitants de Sorvilier et Belprahon connaitront la couleur de leur avenir dans trois jours. Ils décideront ce dimanche s’ils souhaitent rester bernois ou suivre Moutier dans le canton du Jura. Ces deux votes communalistes soulèvent une émotion toute particulière. Tout comme à Moutier, un important dispositif de sécurité sera mis en place pour éviter toute fraude. Deux observateurs fédéraux seront en poste dans chaque commune et une quatrième personne aura pour mission de piloter l’équipe. Selon le vice-chancelier du canton de Berne, Michel Walthert, certaines  adaptations ont encore été apportées suite au 18 juin afin de réduire au maximum le risque d’irrégularité.  Le contrôle des ayants-droit sera encore plus pointu puisqu’une liste nominative de chaque personne qui a le droit de vote a été fournie au canton de Berne. Chaque bulletin sera ensuite comparé avec la dite liste pour éviter les mauvaises surprises. Malgré ces mesures, Michel Walthert reconnait qu’ « on n’est pas à l’abri d’un recours » mais souligne que tout a été mis en place pour « éviter les zones d’ombre ». /nme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus