Le MIH compte ses gouttes

Le Musée international d’horlogerie à La Chaux-de-Fonds présente des signes de vieillesse. ...
Le MIH compte ses gouttes

Le Musée international d’horlogerie à La Chaux-de-Fonds présente des signes de vieillesse. La toiture en béton de l’institution laisse passer des infiltrations d’eau. Une rénovation est envisagée par la Ville à court terme

 Pour refaire l'étanchéité du toit du musée souterrain, une partie du parc des musées devra être fermée au public.

Le constat peut être fait par les visiteurs les plus attentifs du Musée international d’horlogerie. Des infiltrations d’eau apparaissent occasionnellement à certains endroits du plafond de l’institution chaux-de-fonnière. Plus de quarante ans après son inauguration, le musée phare de la Métropole horlogère a besoin d’un coup de neuf.

Dans l’immédiat, des mesures provisoires et discrètes ont été prises pour contenir les quelques gouttes. Le conseiller communal en charge de la culture Théo Bregnard nous l’a affirmé, il n’y a aucun risque pour les collections. Mais la Ville compte bien prendre les choses en main.

 

Le parc des musées touché

D’ici deux à trois ans, près de 4 millions de francs devront être investis dans un chantier de réfection de l’étanchéité du toit. Les travaux seront d’autant plus impressionnants que le musée est souterrain, et qu’il faudra donc intervenir directement dans le parc des musées.

Le montant retenu pour cette rénovation est plus élevé que le crédit qui avait été voté par le Conseil général pour rénover l'entier du Musée d’histoire, réfection de la muséographie non comprise. Une partie du Musée des Beaux-arts avait également été réhabilitée en 2015 pour 1,5 millions. Un crédit qui avait été raboté en raison de la crise financière. 

 

Un avenir plus proche du Musée d'histoire?

Théo Bregnard voit plus loin que cette rénovation pour le MIH, qui attire en majorité un public venu de l’étranger. Pour lui, un tel investissement sera aussi l'occasion de penser à une collaboration toujours plus proche avec le Musée d'histoire avec, pourquoi pas, une liaison directe vers le bâtiment dont les caves se situent à proximité de l'entrée du musée d'horlogerie.

Sur le plan politique, même s’il souhaite que le musée reste en mains chaux-de-fonnières, le conseiller communal aimerait pouvoir compter à l’avenir sur un plus grand soutien cantonal pour cette institution qui fait rayonner la région. Selon le chef de la culture, un rapport d’information sur le patrimoine devrait être présenté prochainement au Grand Conseil. Ce sera l'occasion pour la Métropole horlogère d’entamer le débat. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus