Plan social chez Maurice Lacroix

Les licenciements seront un peu moins douloureux chez Maurice Lacroix. Unia Transjurane communique ...
Plan social chez Maurice Lacroix

Les conditions de départ de la manufacture horlogère ont pu être améliorées. Unia évoque la mobilisation du personnel et un cadre conventionnel propice

Maurice Lacroix, à Saignelégier Maurice Lacroix, à Saignelégier

Les licenciements seront un peu moins douloureux chez Maurice Lacroix. Unia Transjurane communique jeudi qu’une entente a pu être trouvée avec le groupe zurichois DKSH, propriétaire du site de Saignelégier. Le syndicat est intervenu après l’annonce de huit suppressions de postes intervenue en septembre.

La CCT de l’horlogerie, en cas de licenciement pour raisons économiques, prévoit une rencontre entre partenaires sociaux dans le but d’obtenir un accord. Le syndicat estimait que les indemnités de départ proposées étaient très insuffisantes et inadaptées à la capacité financière du groupe, ainsi qu’aux qualifications des personnes visées par les licenciements. Il a pu obtenir un plan social plus favorable grâce au soutien solidaire de tous les employés.

Sans cet engagement et le cadre de la convention collective, Unia juge que les personnes congédiées n’auraient rien obtenu de plus qu’un CV et une lettre de motivation à leur sortie de l’entreprise. /ich+comm


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus