Rossemaison ne veut pas d'une décharge sur son territoire

Le canton du Jura cherche à implanter des carrières et des décharges pour matériaux inertes ...
Rossemaison ne veut pas d'une décharge sur son territoire

Le canton du Jura cherche à implanter des carrières et décharges pour matériaux inertes sur son territoire pour les trente prochaines années. Rossemaison fait partie des options possibles, mais la commune vadaise s'y oppose

Rossemaison Le décharge pour matériaux de chantier pourrait voir le jour entre Courtételle et Rossemaison.

Un projet de décharge remue la commune de Rossemaison. Le Département de l’environnement du canton du Jura étudie différentes options pour enterrer des déchets inertes. L’une des réponses aux appels d’offre propose de réaliser une décharge de ce type sur des terrains situés sur la frontière entre Rossemaison et Courtételle. La commune de Rossemaison monte aux créneaux. « Le Conseil communal est opposé à cette idée. Nous ne sommes pas contents car nous n’avons jusque-là pas été consultés dans ce projet », déclare le maire Francis Meyrat. « En consultant le géoportail, on découvre que le site est en zone de protection de paysage et de protection des eaux. Par ailleurs, le tronçon que devrait emprunter les poids lourds dans cette zone n’est pas adapté à une telle circulation. Cela créerait un important trafic dans le village dont les routes ne sont pas conçues pour recevoir de telles charges et des tensions de circulation avec les agriculteurs exploitants », s’indigne Francis Meyrat.

 

Dossiers en cours d’analyse

Du côté du Département de l’environnement du canton du Jura, le ministre David Eray reconnait qu’un projet est en cours mais que rien n’est décidé. « Nous avons lancé un appel d’offres. Plusieurs projets ont été déposés et la commune de Rossemaison est en effet concernée, comme d’autres communes, pour l’implantation d’une décharge. Mais rien n’est fait. Les dossiers sont désormais en cours d’analyse pour déterminer quels sont les meilleurs sites », indique le ministre jurassien de l’environnement. Le processus devra ensuite passer par le Gouvernement jurassien et le Parlement, par des consultations auprès des communes concernées et finalement par la Confédération. « Il n’y aura donc rien avant 2019, voire 2020 », précise David Eray. /rgi+afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus