Où en est la refonte de la psychiatrie jurassienne ?

Le Gouvernement a fait le point sur la réorganisation de la psychiatrie jurassienne dans sa ...
Où en est la refonte de la psychiatrie jurassienne ?

Le Gouvernement a fait le point sur la réorganisation de la psychiatrie jurassienne dans sa réponse à une question écrite. Si l’organisation générale reste à définir, plusieurs projets sont en développement

La Villa blanche à Porrentruy La Villa blanche devrait déménager d'ici 2021 dans les locaux de l'ancien Institut pédagogique de Porrentruy.

La refonte de la psychiatrie jurassienne suit son cours dans le contexte de l’accueil de Moutier. Le Gouvernement a récemment répondu à une question écrite de la députée socialiste Josiane Daepp qui voulait savoir où en était le projet. L’exécutif indique que le dossier avait été mis en veille en raison du vote communaliste de la cité prévôtoise. Les discussions vont toutefois reprendre prochainement avec le canton de Berne pour voir quelles collaborations il est possible de développer.

L’annonce des autorités bernoises il y a quelques semaines d’intégrer le Réseau santé mentale dans l’Hôpital du Jura bernois change toutefois légèrement la donne pour le Jura. « La stratégie n’est pas encore pleinement définie. On se dirige plutôt vers un modèle qui pourrait être une pédopsychiatrie plus large pour le canton du Jura, le Jura bernois et le canton de Neuchâtel », explique le chef du Service de la santé publique, Nicolas Pétremand. Ce dernier salue d’ailleurs la décision du canton de Berne de maintenir l’UHPA à Moutier. L’Unité d’hospitalisation psychiatrique pour adolescents est, selon lui, appelée à devenir l’ancrage de la pédopsychiatrie dans la région.

 

Une psychiatre adulte dans les hôpitaux ?

A l’inverse, la psychiatrie adulte semble plutôt se rapprocher de la médecine somatique, soit la médecine traditionnelle. Les autorités jurassiennes gardent ainsi en tête leur idée d’intégrer cette branche de soins à l’Hôpital du Jura. « L’idéal serait d’avoir un réseau complet pour le Jura, le Jura bernois voire Neuchâtel mais cela ne va pas arriver avant vingt-cinq ou trente ans. Il faut y aller par étape en ménageant les susceptibilités et pouvoirs de chacun », indique Nicolas Pétremand.

Pour le moment, il n’est pas prévu de recréer une unité psychiatrique semblable à celle de Delémont qui a fermé il y a trois ans. « Nous n’allons pas rouvrir des lits sans avoir un véritable projet de nouveau site hospitalier », précise le chef du Service de la santé. Nicolas Pétremand évoque toutefois deux possibilités qui le permettraient : la construction d’un nouvel Hôpital du Jura sur territoire jurassien ou l’utilisation de l’Hôpital de Moutier.       

 

Des projets concrets en gestation

Plusieurs projets ont été développés dans le canton sur le plan des prestations. La psychiatrie adulte a été renforcée avec la création d’un Centre d’accueil psycho-éducatif à Porrentruy alors qu’un Hôpital de jour pour adultes devrait être réalisé l’an prochain à Delémont. Une section spécifique destinée aux adolescents est, enfin, en projet au sein de la Villa Blanche dans la cité bruntrutaine. L’institution pourrait déménager d’ici 2021 dans les locaux de l’ancien Institut pédagogique de Porrentruy. /alr

L'interview de Nicolas Pétremand :


Actualisé le

 

Actualités suivantes