A Saulcy, trois décibels en trop ou 20km/h en moins

Rouler à 60 km/h au lieu de 80 pour réduire le bruit à Saulcy ? Une décision qui oppose deux ...
A Saulcy, trois décibels en trop ou 20km/h en moins

Rouler à 60 km/h au lieu de 80 pour réduire le bruit à Saulcy ? Une décision qui oppose deux camps au village. L'affaire était présentée au Tribunal à Porrentruy ce mardi

Tribunal de Porrentruy Image : archives

Deux camps se sont opposés mardi matin au Tribunal à Porrentruy : d’un côté, six habitants de Saulcy, qui empruntent régulièrement la route cantonale 1572, à l’entrée est du village. Ils tiennent à la limitation de vitesse actuellement en vigueur sur ce tronçon : 80 km/h, idéale pour doubler les véhicules lents sur cette route toute droite.
De l’autre côté, l’autorité communale, menée par René Cerf, le maire du village, et deux représentants du Canton. Ils défendent quant à eux quelques citoyens de Saulcy qui se disent gênés par le bruit des voitures qui défilent sur ladite route. Après de nombreuses expertises, le département cantonal a tranché : ils sont trois, à Saulcy, à souffrir de quelques décibels en trop par rapport à la norme en vigueur. Ainsi, selon le département de l’environnement, la vitesse de la route cantonale 1572 doit être limitée à 60 km/h.

 

Réduire la vitesse pour réduire le bruit

Or, les usagers de la route ne l’entendent pas de cette oreille. Ils étaient plus d’une centaine au départ à s’opposer au projet du département de l’environnement. Ce-dernier  a rejeté ces recours. Selon lui, la limitation de vitesse est le meilleur moyen pour contenter les habitants souffrant des vrombissements de voitures. Un mur antibruit ? Trop cher. Un revêtement phonique ? Trop long à poser, et pas assez solide, surtout en montagne où les chasse-neige passent avec leurs chaînes. Reste la limitation de vitesse. "Cela permettrait de réduire le bruit de plusieurs décibels."

 

Des arguments sécuritaires

A cela, les usagers de la route opposent que "trois décibels, ce n’est rien". L’une des femmes qui a porté le recours devant la justice ajoute même : "J’ai vécu à côté d’un aéroport militaire, et là, on peut dire que c’est assourdissant !" Pour ces conducteurs, la décision du département de l’environnement n’est pas proportionnelle au problème.
Pour ces six hommes et femmes, qui empruntent la route quasi quotidiennement, le plus gros argument est d'ordre sécuritaire : "Là, c’est une route droite. C’est le seul endroit où il est possible de doubler un tracteur ou un bus. Après, quand on descend vers Glovelier, ça devient trop dangereux." Et à 60 km/h, difficile de doubler des véhicules lents.

 

Le bruit de milliers de véhicules

Les conducteurs mécontents rappellent que 2600 véhicules défilent tous les jours cette voie, à l’entrée est du village. Des voitures de tourisme,  des poids-lourds, des cars, mais aussi quelques tracteurs, qui ralentissent considérablement  la circulation… Un trafic qui ne cesse jamais vraiment.
« Oui, mais un trafic qui nuit au confort de certains." La commune et les représentants du Canton ont campé sur leur position durant toute l'audience: il faut améliorer le confort des personnes souffrant des nuisances sonores, quitte à déplaire aux usagers de la route. " L’atteinte à la tranquillité des villageois est excessive", selon le département de l'environnement.

Face à ces deux camps, la juge administrative, Carmen Bossart Steulet,  n’a pas souhaité rendre de décision le jour-même. Elle devra d’ailleurs se prononcer non seulement sur la recevabilité du recours des usagers de la route, mais aussi sur le maintien ou non de la mesure cantonale. Le jugement sera rendu dans les prochains jours.\cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus