L’OVJ prend le virage de la réactivité

Le site delémontain de l’Office des véhicules du Jura s’est étoffé. Deux pistes de contrôles ...
L’OVJ prend le virage de la réactivité

L’Office des véhicules du Jura est paré pour exploiter deux nouvelles pistes à Delémont et améliorer son efficacité

OVJ Une des nouvelles pistes de Delémont, opérationnelle dès le 4 janvier (photos ldd).

Le site delémontain de l’Office des véhicules du Jura s’est étoffé. Deux pistes de contrôles supplémentaires ont vu le jour après plusieurs semaines de travaux. Elles seront opérationnelles dès le 4 janvier prochain. L’Etat jurassien avait débloqué, en mars dernier, un crédit de 680'000 francs pour l’aménagement d’une nouvelle halle. Depuis quelques années, un certain retard s’était accumulé et les exigences légales n’étaient plus remplies. Il était donc urgent pour l’OVJ d’adapter la capacité d’expertise. Deux nouveaux experts ont par ailleurs été engagés et suivent actuellement le cursus de formation requis. Le parc jurassien comporte cette année plus de 64'000 véhicules de toutes catégories.

 

Réservation via la cyberadministration

Avec les trois sites de Delémont, Porrentruy et Saignelégier, l’Office des véhicules dispose désormais de sept pistes de contrôle. Trois d’entre elles sont conçues pour accueillir tous genres de véhicules jusqu’à 3,5 tonnes. Des expertises décentralisées sont également organisées pour les contrôles des véhicules agricoles. Ce service sur site évite de devoir déplacer des machines de grandes dimensions et lentes.

 

A noter aussi cette dernière innovation : les usagers qui devront présenter leur véhicule en second contrôle pourront fixer un rendez-vous via le Guichet virtuel de l’administration jurassienne. Cette option permettra un gain de temps pour les détenteurs et un meilleur emploi du temps pour les experts.

 

« On va gentiment rattraper le retard »

L’OVJ espère désormais, grâce à ces divers aménagements, gagner en efficacité. Pour rappel, le peuple jurassien avait largement rejeté l’autonomisation de l’office en février 2016. « Les projets ont simplement été décalés dans le temps. Le Gouvernement a repris le dossier suite au refus populaire et a débloqué les fonds nécessaires. Aujourd’hui les choses sont faites, c’est ça qui est important. L’Office des véhicules est et restera un service de l’Etat, à moins qu’une volonté politique se dessine différemment dans les années à venir, mais ce sujet sort de ma sphère de compétences », nous a confié la cheffe de l’OVJ. Avec les sept pistes de contrôle à disposition, Karine Marti estime « qu’on a la chance d’avoir des équipements de bon niveau. On a aussi la chance d’avoir une volonté politique de maintenir une présence de l’office dans les trois districts du Jura. De ce point de vue-là, je n’ai aucun souci pour l’avenir de nos halles techniques. Aujourd’hui, avec cette capacité supplémentaire de deux pistes, on va gentiment rattraper le retard. Mais on doit aussi faire face à l’augmentation annuelle du parc de véhicules, qui est toujours de 1 à 1,5%. Il nous faudra donc encore quelques temps pour être complètement à niveau. Mais on a bon espoir d’y arriver dans les prochaines années ».

 

L’engagement pour Moutier

L’OVJ est encore appelé à évoluer dans un proche avenir avec l’entrée de Moutier dans le canton du Jura. Le Gouvernement a pris l’engagement d’y aménager un centre d’expertise. « Il faudra encore voir la forme, si c’est une construction, si c’est une location. On devra probablement aménager des horaires en fonction du parc de véhicules à disposition. Le Gouvernement s’est en effet engagé à ce que l’Office des véhicules soit présent à Moutier, d’une manière qui est encore à définir », conclut Karine Marti. /rch + comm

OVJ


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus