L’Anthriscus Stenophylla dans un estomac de mammouth ?

Une plante très rare refait surface dans les livres de référence, celle-ci ne survit que sur ...
L’Anthriscus Stenophylla dans un estomac de mammouth ?

Une plante très rare refait surface dans les livres de référence, celle-ci ne survit que sur un site en Suisse, en Haute-Ajoie

Anthriscus L'Anthriscus Stenophylla: une fenêtre sur le passé?

C’est peut-être le témoin encore bien vivant de l’âge glaciaire. L’Anthriscus Stenophylla pousse dans un éboulis froid en Haute-Ajoie sur une centaine de mètres carrés. Ce cerfeuil à feuille étroite y apprécie les températures très fraîches à longueur d’année, maximum 5 degrés. Découvertes par le scientifique Jules Thurmann au début du 19e siècle, les livres de botanique n’y faisaient plus référence. C’est en 2013 que les botanistes Philippe et Laurent Juillerat ont retrouvé cet Anthriscus. Cette plante aurait survécu depuis plus 40'000 ans, uniquement dans cette zone et sur quelques sites en Allemagne. Depuis, quelques plants sont cultivés à Porrentruy dans les serres de Jurassica dans le but d’en savoir plus sur cette espèce et de la préserver. Des tests génétiques vont être menés prochainement pour déterminer sa place dans la famille des ombellifères. C’est une des seules plantes endémiques à la chaîne jurassienne. Avec la Berce du Jura, elle a ses origines dans notre région.

 

Une fenêtre sur le passé

L’hypothèse des deux frères botanistes est que ce cerfeuil était très répandu lors de la dernière période glaciaire, il y a entre 100'000 et 10'000 ans, dans une zone comprise entre la chaîne jurassienne et l’Inlandsis au nord de l’Europe. Avec le réchauffement, il a trouvé des zones refuges très froides dans le Jura suisse et le Jura souabe en Allemagne. Cet Anthriscus fait office de « fenêtre sur le passé », selon Philippe Juillerat qui « essaie de comprendre, à travers cette plante, quelle végétation on pouvait trouver à l’époque ». De plus l’éboulis froid, où vit l’Anthriscus, est, selon Damien Becker, paléontologue à Jurassica, « une relique d’un environnement partielle des mammouths ». /ncp

Une plante très spéciale selon Laurent Juillerat, botaniste

A peine redécouverte et déjà menacée selon Philippe Juillerat, botaniste

Anthriscus Plusieurs personnes se penchent maintenant sur l'Anthriscus Stenophylla. De gauche à droite, Philippe Juillerat botaniste, Laurent Juillerat botaniste, Marc Lambelet jardinier, Damien Becker paléontologue.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus