Le Conseil de ville de Delémont inquiet pour l’agglomération

L’avenir de l’agglomération de Delémont a fait l’objet d’interrogations lundi soir au Conseil ...
Le Conseil de ville de Delémont inquiet pour l’agglomération

L’avenir de l’agglomération de Delémont a fait l’objet d’interrogations lundi soir au Conseil de ville

Conseil de ville Delémont Le sujet de l'agglomération s'est invité lundi soir au Conseil de ville Delémont.

Le sort de l’agglomération de Delémont préoccupe le Conseil de ville de la capitale jurassienne. Le sujet a fait l’objet de trois questions orales lors de la séance de lundi soir. Le maire de Delémont, Damien Chappuis, a ainsi pu revenir sur le choix de la Confédération de ne pas retenir l’agglomération dans son avant-projet de financement de troisième génération. La décision n'est toutefois pas définitive. Le canton du Jura et la ville de Delémont ont d’ores et déjà manifesté leur intention de se battre pour que l’agglomération soit réintégrée dans le message final qui sera soumis aux Chambres fédérales afin de pouvoir toucher des subventions. Damien Chappuis s’est dit lundi soir « déçu de la manière dont le dossier avait été transmis ». Il a notamment souligné qu’une lettre écrite par le Gouvernement jurassien indiquait que le canton du Jura ne pouvait pas garantir sa participation à la réalisation des projets de l’agglomération, en raison de ses difficultés financières. Dans l’interview ci-dessous, Damien Chappuis explique ce qu’il attend désormais de l’exécutif cantonal :

A signaler que le Conseil de ville de Delémont a siégé lundi soir avec les élus de la précédente législature, suite aux soupçons de fraude sur les élections du 22 octobre. Impossible de dire pour l’instant si la situation va se reproduire pour la prochaine séance du législatif prévue à fin février. Le recomptage des voix de l’élection du Conseil de ville aura lieu ce samedi 3 février, suite à une décision de justice. Les nouveaux élus pourront prendre leurs fonctions après la validation des résultats.

 

Des décisions à la pelle

Le Conseil de ville de Delémont a, par ailleurs, pris de nombreuses décisions lundi soir. Il a soutenu la création de 2,95 postes à la Maison de l’enfance par 32 voix contre une, suite à l’ouverture du nouveau bâtiment de la rue de la Mandchourie.

Le législatif a également accepté une motion portée par le PCSI Jean-Paul Miserez. Le texte demande d’étudier et de déposer un plan spécial pour la réalisation d’un chemin pédestre à l’allée du Vorbourg. Le Conseil de ville a aussi adopté une autre motion pour réclamer un concept de mise en conformité de la passerelle entre le Centre sportif de la Blancherie et le Centre professionnelle afin de la rendre moins glissante. Le texte était porté par Colette Petit, du CS-POP-Verts. La troisième motion qui a été soutenue émane du radical Pierre Chételat. Le texte demande de prendre contact avec la fondation ReaJura Cœur pour mettre en place une stratégie destinée à sauver des vies lors d’arrêts cardiaques.

Trois interventions parlementaires ont été rejetées. Une motion portée par Annelise Domont du CS-POP-Verts qui souhaitait la création d’un frigo collectif a été refusée par 16 voix contre 15. Les deux autres textes qui ont été repoussés étaient des postulats de l’UDC Dominique Baettig. Le premier demandait qu’une partie des jetons de présence des élus communaux soient versés soient versés sous forme de bons d’achat dans les commerces locaux. Il a été rejeté par 10 voix contre 8. Le second postulat souhaitait évaluer l’impact du financement participatif sur l’état des finances et de la dette de la ville. Le texte a été refusé par 19 voix contre une. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus