L’administration jurassienne respecte l’égalité salariale

En matière d’égalité salariale, l’administration cantonale est bonne élève. Un logiciel a analysé ...
L’administration jurassienne respecte l’égalité salariale

En matière d’égalité salariale, l’administration cantonale est bonne élève. Un logiciel a analysé les différences salariales entre hommes et femmes : elle est de 0,5%

Argent, finances, budget Image : archives

Un décret et une ordonnance sur les traitements du personnel de l’Etat avaient été instaurés en 2015. Ils établissaient une échelle de salaire unique et posaient les bases d'un système d'évaluation égalitaire. C’est dans ce contexte que les nouvelles bases légales et l’égalité salariale ont été analysées. Les pratiques salariales de l’administration jurassienne respectent l’égalité entre hommes et femmes. C’est ce qu’a révélé une analyse effectuée au moyen de LOGIB, un outil d’autocontrôle développé par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes. Au sein du personnel de l’Etat, la différence salariale inexplicable (la mesure effective de l’inégalité) entre femmes et hommes est de 0,5%. Quant aux différences considérées comme explicables, car objectives (l’expérience, la formation de base), elles se situent à 6,7%. En Suisse, en moyenne, cette part est supérieure à 15%. Ces chiffres sont liés au processus de réévaluation des fonctions.

 

« L'administration jurassienne peut être considérée comme un exemple »

Ces résultats confirment une absence de discrimination salariale fondée sur le genre, pour l’ensemble des postes de l’administration cantonale. Nathalie Barthoulot, ministre de l’intérieur en charge des ressources humaines, se dit réjouie : « Ce sont des chiffres positifs, nous sommes ravis d’avoir pu corriger les inégalités salariales. A ce titre, l’administration jurassienne peut être considérée comme un exemple en matière d’égalité salariale entre les hommes et les femmes. »

Pour Nathalie Barthoulot en revanche, il existe encore de nombreuses inégalités salariales dans le privé. La ministre de l’intérieur a mentionné le vote du Conseil des Etats, qui a décidé la semaine dernière de renvoyer en commission un projet visant à imposer aux entreprises une obligation de transparence salariale. Un vote qu’elle déplore : « Le combat est loin d’être terminé. »/cto 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus