À Lajoux, quatre Gogniat au Conseil communal

Les séances du Conseil communal à Lajoux s'apparentent à des réunions de famille. Quatre cousins ...
À Lajoux, quatre Gogniat au Conseil communal

Les séances du Conseil communal à Lajoux s'apparentent à des réunions de famille. Quatre cousins éloignés siègent ensemble

Séverine, Gaëlle, Bernard et Julien Gogniat, élus communaux à Lajoux Séverine, Gaëlle, Bernard et Julien Gogniat, élus communaux à Lajoux.

Tous les lundis, les élus de Lajoux se retrouvent pour leur séance hebdomadaire. Ils traitent ensemble des dossiers de la commune.
Mais la petite particularité de Lajoux, c’est que ces séances pourraient s’apparenter à des réunions de famille. Ils sont quatre conseillers communaux à s’appeler Gogniat. Quatre cousins éloignés à vivre dans le même village et à s’engager pour leur commune.

Ils s’appellent Bernard, Julien, Séverine et Gaëlle. Sur les 7 membres du Conseil communal, qui siègent à Lajoux, les Gogniat sont surnuméraires. Si cela peut paraître bizarre, les Gogniat, eux, en rigolent, surtout Bernard : « Ça ne pose pas de problème, on est passé outre le Don Camillo. On n’a plus de guerre de village entre les familles. »

 

Des conseillers qui se connaissent de près ou de loin

En fait, pour les quatre conseillers, s’appeler Gogniat, c’est un fait. Séverine dit que si elle et sa cousine Gaëlle avaient choisi de ne pas garder leur nom de jeune fille, on n’aurait jamais su que c’était des Gogniat, et la particularité d’avoir quatre conseillers qui partagent le même nom de famille à Lajoux n’aurait pas existé. Et ça aurait été comme partout : des conseillers qui se connaissent, de près ou de loin, parce qu’ils vivent dans le même village, comme l’exprime Bernard: « On est indépendant les uns des autres. Beaucoup de gens le prennent en plaisanterie, du fait qu'on soit une majorité de Gogniat au conseil. Mais ça démontre une autre réalité : il y a une réelle difficulté detrouver des gens volontaires pour siéger à la commune. »

 

Plus de facilité pour prendre des décisions

Le fait d'être de la même famille peut avoir des avantages : comme le dit Gaëlle, le fait de se connaître depuis leur enfance peut permettre de mieux appréhender les séances et les décisions à prendre : « On a un peu les mêmes idées, la même mentalité, donc ça aide. »

Et l’idée principale qu’ils partagent :« On ne travaille pas pour les Gogniat. » L’essentiel, pour Bernard, Julien, Séverine et Gaëlle, c’est de travailler pour leur village et tous ses habitants, quelque soit leur nom de famille. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes