De la prison ferme, mais pas d'expulsion

Le Tribunal pénal de première instance a condamné en procédure simplifiée un homme à 18 mois ...
De la prison ferme, mais pas d'expulsion

Le Tribunal pénal de première instance a condamné en procédure simplifiée un homme à 18 mois de peine privative de liberté ferme. Il est puni, notamment, en tant que co-auteur du vol du Monkey Bar à Porrentruy

Tribunal de Porrentruy

Une condamnation dans l’affaire du vol du Monkey Bar à Porrentruy. Le Tribunal pénal de première instance a condamné lundi un homme à 18 mois de prison ferme lors d’une procédure simplifiée. L'expulsion n’a, par contre, pas été requise à l’encontre de ce ressortissant étranger.

L’homme a donc avoué les faits. Il s’est rendu coupable du vol, des dommages à la propriété, et de la violation de domicile, avec quatre autres personnes, du Monkey Bar à Porrentruy. Les faits remontent à la nuit du 18 au 19 août 2016. Trois coffres-forts et une caisse enregistreuse contenant un montant total de 14'500 francs et 560 euros avaient été dérobés. Le prévenu a également reconnu, de manière solidaire, les prétentions civiles du Monkey Bar, qui s’élèvent à près de 220 francs. Ce ressortissant étranger est un récidiviste, puisqu’il a profité de sa liberté provisoire pour voler des parfums pour près de 500 francs dans un magasin de Baar en novembre de la même année. Il a aussi tenté de commettre un autre vol, le mois suivant, à Münchenbuchsee.

La procureure Geneviève Bugnon n’a, par contre, pas demandé l’expulsion du prévenu. Sa nationalité reste indéterminée à ce jour. De plus, cet homme est malade et sa santé pourrait se voir encore compromise par un renvoi. Il a, toutefois, commis plusieurs infractions à la Loi sur les étrangers (LEtr), et une procédure administrative est parallèlement pendante dans le canton de Zoug. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus