Impôts à la hausse à Saignelégier

Les impôts à Saignelégier vont être un peu plus salés. C’est ce qui a été voté lundi lors de ...
Impôts à la hausse à Saignelégier

Les impôts à Saignelégier vont être un peu plus salés. C’est ce qui a été voté lundi lors de l’assemblée communale ordinaire. La quotité d’impôt passe donc à 2.3 dans la cité taignonne

Le village de Saignelégier Photo : illustration

L’ambiance était au débat lundi soir à Saignelégier. Une assemblée communale ordinaire s’est tenue à l’hôtel de ville, devant une centaine de citoyens. Parmi les points à l’ordre du jour : le très discuté budget 2018… et surtout, la hausse de la quotité d’impôt proposée par le conseil communal. Le tout a été accepté à presque 65% : la quotité d’impôts à Saignelégier passe donc de 2.1 à 2.3.

 

Une planification financière est demandée

Le chef-lieu taignon n’est pas loin de devenir la commune jurassienne avec la plus haute quotité d’impôt. Et c’est d’ailleurs ce qui effraie les habitants : ils ont été plusieurs à prendre la parole une fois le budget 2018 mis au jour. Plusieurs à demander au conseil de réfléchir à moyen et long terme. Est-ce qu’il faudra encore augmenter cette quotité d’impôt l’année prochaine ? Et l’année suivante ?
Pour la plupart des citoyens présents lundi soir à Saignelégier, il est important que le conseil communal propose une planification financière concrète, pour se situer à long terme. Le maire, Vincent Wermeille, a entendu ces revendications : « Nous allons la présenter à la fin de l’année 2018, pour voir d’une part quelles seront les possibilités financières, mais aussi quelles seront les possibilités d’investissement de la commune. »

 

Cap sur l'avenir

Une promesse, que les nouveaux élus comptent mettre en œuvre, malgré la situation financière compliquée de Saignelégier. Ils doivent donc penser à moyen terme, entre trois et cinq ans : « Je suis partiellement confiant, parce que cette planification financière va nous obliger à prévoir des augmentations de charge sur lesquelles on n’a aucune prise, qui pourraient péjorer tout cela », explique Vincent Wermeille. Le cap du budget 2018 étant passé, l’heure est désormais au travail et à la réflexion sur l’avenir pour le nouveau conseil communal. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus