Les Franches-Montagnes se mettent au vert

Vers plus d’énergie propre dans les Franches-Montagnes. La coopérative Energie durable Franches-Montagnes ...
Les Franches-Montagnes se mettent au vert

Vers plus d’énergie propre dans les Franches-Montagnes. La coopérative Energie Durable Franches-Montagnes a été créée vendredi. Elle gèrera la pose de toitures solaires sur des bâtiments de la région.

Franches-Montagnes Photo: illustration

Mieux gérer l’énergie propre dans les Franches-Montagnes : la coopérative  Energie Durable Franches-Montagnes (EDFM) a été créée vendredi. Elle découle de l’association Franches Energie, qui promeut l’énergie durable par la pose de panneaux solaires sur les toitures taignonnes.

 

Projet à destination des gros consommateurs d'électricité

Pour Claude Babey, président de cette coopérative, ce statut leur permet de mieux gérer leurs activités et projets. Leur premier chantier devrait d’ailleurs commencer ces prochains jours, à Montfaucon. Il s’agira d’installer une toiture solaire au bâtiment de la STEP, là où beaucoup d’énergie est consommé chaque jour de l’année. Une condition nécessaire à la pose de ces panneaux, selon Claude Babey : « L’idée d’avoir des gros consommateurs d’électricité, c’est d’avoir un taux important d’autoconsommation. Celle-ci est facturée au prix normal du courant électrique. Par contre, si du courant est réinjecté dans le réseau, il ne nous est racheté qu’à 4 centimes le kW… et ça ne permet pas de couvrir les frais de production. »
Ainsi, la pose de toiture solaire par la coopérative EDFM ne s’adresse pas à tout le monde.

 

Un projet idéal, sans but lucratif

Pour autant, les personnes intéressées peuvent devenir coopératrices en achetant des parts dans les projets en cours, afin de promouvoir l’énergie durable dans les Franches-Montagnes : «  Un propriétaire a le choix de poser des panneaux solaires sur son bâtiment. Mais pour un locataire, c’est plus compliqué. Ainsi, s’il souhaite tout de même mettre en avant l’énergie propre, il peut acheter des parts dans notre projet, » explique Claude Babey. Ainsi, le coopérateur ne verra pas les effets de son geste directement chez lui. On peut alors se demander quel est l’intérêt de prendre part à ce projet. Claude Babey répond :  «Il ne faut pas se le cacher, c’est un projet idéal, sans but lucratif. C’est une manière de participer à la production d’énergie locale et verte. » Le président d’EDFM assure que depuis la sortie du film Demain, par exemple, de plus en plus de personnes sont sensibles à cette problématique.

Plus d’informations sur franches-energies.ch /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus