On va reparler de la rente des anciens ministres

Les députés jurassiens ont accepté un texte du PLR Pierre Parietti sur les montants perçus ...
On va reparler de la rente des anciens ministres

Les députés jurassiens ont accepté un texte du PLR Pierre Parietti sur les montants perçus par les ex-membres du Gouvernement  

 Le texte a été proposé par le PLR Pierre Parietti Le texte a été proposé par le PLR Pierre Parietti

La question des rentes accordées aux anciens ministres est revenue sur la table du Parlement jurassien mercredi. Les députés ont accepté par 50 voix contre 7 une motion tranformée en postulat du PLR Pierre Parietti, intitulée "Révision du Décret sur la Caisse de pensions des membres du Gouvernement du 12 février 1981". Le texte demande une réduction des rentes à vie touchées par les anciens membres de l'exécutif cantonal. Les ex-membres du Gouvernement de moins de 65 ans ne toucheraient plus que 75% de leurs prestations et ceux de plus de 65 ans ne bénéficieraient plus que de 60% de leur rente. Mais d'autres pistes peuvent être envisagées.

 

Les parlementaires, sensibles aux droits acquis, ont accepté d'ouvrir le débat sous une forme moins contraignante qu'une motion. Pierre Parietti a ainsi accepté de transformer son texte en postulat. L'auteur estime que les rentes des anciens ministres sont trop élevées et pas en adéquation avec la politique financière du canton. Il demande donc des efforts pour trouver une adaptation raisonnable. Au PS, on estime que le fait de demander un effort n'est pas disproportionné, même s'il faut défendre les droits acquis. Le montant des rentes est considéré comme un privilège par le groupe socialiste. Le PDC, de son côté, a estimé qu'une telle motion allait rouvrir un dossier qui vient d'être mis sous pli, à savoir la décision du Parlement de novembre dernier de ne plus accorder de pension à vie aux futurs ministres retraités, mais d'accorder une indemnité par année de fonction. Les démocrates-chrétiens sont par contre entrés en matière pour accepter un postulat, tout comme le groupe Verts&CS-POP et l'UDC.

 

Pour le Gouvernement, le ministre Martial Courtet a estimé que les députés ne pouvaient pas voter une telle motion après la décision de novembre dernier. Il ne s'est par contre pas exprimé sur la transformation du texte en postulat. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus