Violences conjugales devant la justice

Un homme, accusé d’avoir violenté sa femme et son fils, est jugé par le Tribunal de Moutier ...
Violences conjugales devant la justice

Un homme, accusé d’avoir violenté sa femme et son fils, est jugé par le Tribunal de Moutier. Les faits se sont produits entre 2016 et 2017 dans un centre de requérants d’asile de la région

Tribunal de Moutier Tribunal de Moutier

Ambiance pesante mercredi au Tribunal de Moutier. La justice se penche sur une affaire de violences conjugales. Le prévenu, un Afghan de 34 ans, s’en serait pris à sa femme et à son fils entre 2016 et 2017 dans un centre de requérants d’asile de la région. Il est accusé de voies de fait, éventuelles lésions corporelles simples, menaces, contraintes, viols et violations du devoir d’assistance ou d’éducation.

L’audience a commencé par l’audition de la plaignante, une femme de 23 ans d’origine afghane qui a été longuement entendue par le tribunal collégial à cinq juges présidé par Agnès Schleppy, et par le procureur du Ministère public Pascal Fischer. L’audition s’est déroulée dans un climat assez tendu et a été passablement compliquée par la nécessité de faire des traductions, puisque les deux époux ne parlent pas français. À l’heure actuelle, certaines informations paraissent hachées et des zones d’ombre subsistent. Il reviendra au Tribunal de Moutier de démêler cette affaire qui s’est déroulée dans l’intimité et la vie privée du couple.

 

Coups, viols et menaces

La plaignante accuse son mari de l’avoir frappé à plusieurs reprises, de l’avoir giflé et de lui avoir donné des coups de pied sur différentes parties du corps cachées par les vêtements lorsqu’ils vivaient ensemble. La victime aurait aussi été violée par son mari, au moins 30 fois au total. Le prévenu est également accusé d’avoir proféré des menaces. Il aurait dit à son épouse qu’il les tuerait elle et son fils, si elle engageait une procédure de divorce ou si elle ne lui donnait pas d’autres enfants. L’homme aurait aussi menacé sa famille qui réside en Iran. Il aurait par ailleurs pressé la victime pour qu’elle revienne au domicile conjugal. Celle-ci a en effet séjourné dans un centre près de Berne pour s’éloigner de son mari avant de revenir dans la région quelques mois plus tard.

Concernant le fils du couple, le prévenu est accusé de l’avoir violenté. Il l’aurait giflé plusieurs fois fortement, et l’aurait soulevé en le tenant par le cou avant de le jeter à terre. L’homme aurait par ailleurs péjoré l’image de son épouse et aurait effrayé l’enfant pour tenter de l’éloigner de sa mère.

Les plaidoiries et les réquisitoires des différentes parties sont prévus jeudi et le jugement devrait être rendu vendredi. Quant au prévenu, il est en détention provisoire pour des motifs de sûreté depuis 200 jours. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus