Soutien au Franches-Montagnes : un flop pour la Fondation Häberli

Le projet marketing proposé par la Fondation Häberli ne verra pas le jour. Il s’agissait de ...
Soutien au Franches-Montagnes : un flop pour la Fondation Häberli

Le projet marketing proposé par la Fondation Häberli ne verra pas le jour. Il s’agissait de relancer la race des Franches-Montagnes grâce à de jeunes éleveurs. Mais un manque d’enthousiasme a eu raison de ce concept

Pas d’engouement de la part des éleveurs pour relancer la race franches-montagnes. Il y a quelques mois, la Fondation Häberli présentait un projet qui lui tenait à cœur : valoriser le cheval FM auprès des jeunes éleveurs. De quoi viser une clientèle moderne et urbaine, et ainsi augmenter les ventes. Plusieurs assemblées ont eu lieu pour tenter de mettre ce projet sur pied, en vain. Face à un manque d’enthousiasme général, la fondation Häberli renonce à ce projet.

 

Un manque de motivation

Tout partait pourtant d’un bon sentiment : la Fondation Häberli voulait soutenir la race franches-montagnes grâce à un concept marketing. Pour ce faire, elle était prête à allouer des fonds aux jeunes éleveurs, motivés à élever ces chevaux.

La motivation, c’était sans doute ce qui manquait : les éleveurs rencontrés par la Fondation Häberli n’ont pas montré suffisamment d’intérêt, selon Henry Aubry, membre de l’institution. A partir de là, il n’y avait aucune garantie pour que le projet se déroule sans encombre. Pour Henry Aubry, c’était trop risqué de se lancer dans une aventure à long terme (un financement entre 2 et 3 ans), si les éleveurs ne démontraient pas plus d’inspiration.

 

Pas de nouvelles de la FSFM

Par ailleurs, Henry Aubry s’est dit déçu de ne pas avoir eu de nouvelles de la part de la Fédération suisse du Franches-Montagnes (FSFM). Il avait rencontré Jean-Paul Gschwind, président de la FSFM, au début du mois d’avril. La fédération, qui lance une stratégie marketing pour relancer la race franches-montagnes, avait été intéressée par le concept de la Fondation Häberli et avait laissé entendre qu’une collaboration était possible : « Ce serait dommage de faire un projet similaire en doublon », avait alors déclaré Jean-Paul Gschwind. Contacté par nos soins, ce dernier a réitéré sa position, mais aucune décision n’a été prise pour le moment au sein de la FSFM.

Quant à la Fondation Häberli, elle regrette de ne pas avoir pu mener son plan à bien, mais assure vouloir mettre de l’argent à disposition d’autres projets équestres, sauf en ce qui concerne la compétition. Elle est prête à étudier diverses propositions, qu’elles soient en faveur du cheval franches-montagnes ou de n’importe quelle autre race. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus