La droite jurassienne contre l’initiative sur les familles

Un comité de droite s’est formé pour appeler à rejeter l’initiative pour des prestations complémentaires ...
La droite jurassienne contre l’initiative sur les familles

Un comité de droite s’est formé pour appeler à rejeter l’initiative pour des prestations complémentaires pour les familles et pour soutenir le contre-projet soumis en votation le 10 juin dans le Jura

comité de soutien contre-projet Le comité de droite qui combat l'initiative mais qui soutient le contre-projet est co-présidé par l'UDC Philippe Rottet, le PDC MIchel Choffat et le PLR Alain Schweingruber (de gauche à droite).

« L’Etat jurassien n’a pas les moyens de financer la mise en place de prestations complémentaires pour les familles modestes ». C’est la conviction d’un comité composé des partis de droite qui s’est formé pour militer contre le texte soumis en votation le 10 juin. Le comité qui est coprésidé par le PDC Michel Choffat, le PLR Alain Schweingruber et l’UDC Philippe Rottet a présenté ses arguments ce mardi matin. Il appelle, en revanche, à soutenir le contre-projet qui prévoit un renforcement des réductions des primes maladies pour un coût annuel de 2,2 millions de francs.

 

Les coûts au cœur du sujet

Pour le comité de droite, la création de prestations complémentaires pour les familles ne serait pas supportable pour les finances cantonales et sa mise en place devrait passer par une augmentation d’impôt. La facture de l’initiative du PCSI soutenue par la gauche est estimée entre 4,5 et 6,5 millions de francs par an. Le comité de droite relève également qu’un système de prestations complémentaires pour les familles à revenus modestes engendrerait une charge supplémentaire de deux millions de francs pour les communes.

Il dénonce, par ailleurs, « le flou » qui entoure le financement de la mise en place d’un tel système. L’initiative est rédigée en termes généraux. Le texte ne se prononce pas sur la manière de financer les prestations complémentaires pour les familles. Ce point devrait être défini dans une loi cantonale soumise ultérieurement à approbation du Parlement.

Le comité de droite estime, enfin, que l’initiative est « inéquitable en particulier pour les classes moyennes inférieures ». Il apporte ainsi son soutien au contre-projet dont les coûts sont moindres et qu’il qualifie de « raisonnable et de nature à venir substantiellement en aide aux familles défavorisées ». /comm + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus